webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Brice Gallety : conseiller en gestion de patrimoine à Lyon

Brice Gallety : conseiller en gestion de patrimoine à Lyon

Brice Gallety s’est lancé dans la grande aventure de l’entrepreneuriat en 2008. Il revient sur les motivations qui l’ont poussé à créer son entreprise et nous présente cette dernière. Vous avez une envie, un projet mais vous cherchez encore les moyens de les financer ? Brice Gallety nous explique comment il peut vous aider.


A l’aube de la trentaine, Brice Gallety a pris un virage à 180 degrés dans sa carrière pour monter sa propre entreprise. Retour sur son parcours d’entrepreneur : « Je me suis cherché dans les études…Fan de sports, j’ai commencé par faire sport-étude dans le judo, j’ai enchainé avec la Fac de Sports pour finalement partir en école de commerce sur Grenoble. J’ai ensuite rejoint le secteur de la grande distribution en travaillant pour Epson puis chez Décathlon. Décathlon a été une super école, très formatrice. C’est une boite qui demande une grande force de travail, vous avez des responsabilités élevées, vous pilotez de grosses équipes et vous dégagez plusieurs millions d’euros de profit. J’ai fini par me dire que si je le faisais pour Décathlon je pourrais très bien le faire pour moi ! »

C’est grâce à son ami d’enfance, Xavier Ortega (XO Finances à Toulouse), que Brice Gallety eu l’opportunité de se lancer et d’apprendre le métier de conseiller en investissements financiers. « Xavier m’encourageait depuis longtemps, il avait déjà son propre cabinet de gestion de patrimoine et il a su me vendre la profession ! La notion de service, l’écoute et l’accompagnement du client m’étaient familiers. Le bonus : bien gagner sa vie et être libre de gérer son temps.»

C’est avec beaucoup de travail et d’énergie que Brice Gallety monte son propre cabinet.

« Honnêtement, je me suis plus lancé comme un artisan, sans vraiment savoir ce que c’était qu’entreprendre. Il y a eu quelques up&down les 3-4 premières années, je naviguais entre le doute et la réussite. Le recul et une bonne stratégie d’entreprise, voilà ce qu’il me manquait à l’époque. »

Le modèle du startuper, c’est ce que Brice Gallety recommanderait aujourd’hui aux jeunes créateurs d’entreprise. Faire une version Béta, avancer étape par étape, tester et voir ce qui fonctionne, ajuster en cas d’échec et développer en cas de réussite. « Moi, je voulais tout maitriser, chaque facette du métier, chaque rouage, rapidement et seul. C’était une perte de temps. Mieux vaut rester concentré sur son cœur de métier et savoir déléguer les à côtés à des spécialistes. »

Après 8 ans d’exercice, Brice Gallety a pérennisé son activité. Sa société annonce un chiffre d’affaires de 160 000€ en 2014 et un prévisionnel de 210 000€ pour 2015. Le siège se trouve dans le 2ème arrondissement de Lyon avec une antenne sur Paris et une sur Toulouse. Brice Gallety ne cesse de développer sa structure, notamment avec une équipe d’agents commerciaux en pleine croissance : « J’ai une équipe de 8 agents commerciaux sur Lyon. Ils ne sont pas salariés de ma structure mais je les forme, les accompagne, leur apprend le métier. En contrepartie, je touche des rétrocessions sur leurs ventes. L’objectif, une équipe de 20 pour début 2016 et 50 d’ici 3 ans. »

Une réussite basée sur la confiance des clients !

Pour Brice Gallety, le secret de cette réussite est essentiellement basé sur la confiance que lui accordent ses clients. Le conseiller financier ne fait aucune publicité, pas la moindre démarche de communication, il compte uniquement sur le bouche à oreille pour développer son portefeuille clients. « Dans la société actuelle, la confiance est la clé. Chacun est libre de se faire son propre avis via internet, toute l’information étant disponible sur le web. Il reste toutefois difficile de tout comprendre et de faire le tri. Je suis là pour aider mes clients à écrémer l’information mais aussi à la vulgariser. J’ai fait le choix de ne pas segmenter ma clientèle, tout le monde a le droit de comprendre et de savoir quoi faire de son argent, sans histoire de revenus, de diplômes ou de connaissances. Je gère aussi bien des portefeuilles de plusieurs millions d’euros que des petits portefeuilles d’étudiants. Mes conseils se doivent d’être pertinents, ils vont toujours dans l’intérêt du client avant le mien. Faire des opérations et gagner de l’argent ne doit pas être la priorité. Ma priorité, gagner et conserver la confiance de mes clients car ce sont leurs témoignages et leurs recommandations qui m’apporteront de nouveaux clients. »

Brice Gallety nous explique la différence entre son cabinet et les services d’une banque traditionnelle : « Aujourd’hui le turn-over est trop important dans les banques, vous changez de conseiller tous les six mois. Ils n’ont pas le temps de vous connaître vraiment. Quand un client vient me voir pour la première fois, je dresse un audit complet de sa situation patrimoniale : comptes bancaires, livrets, résidences, terres, crédits, dettes… Une fois la situation actuelle connue, nous faisons émerger ensemble  des projets : un changement de maison, les études des enfants, un départ en retraite, un voyage à l’étranger, une transmission de biens. Je suggère alors des lignes directives, un carnet de route avec une chronologie. J’accompagne ensuite mes clients dans leurs démarches et dans la mise en œuvre de mes conseils. J’ai su m’entourer et je collabore avec des personnes compétentes dans les domaines que je maîtrise moins (banquiers, notaires, avocats, experts comptables…). »

A 37 ans, c’est avec beaucoup de fierté que Brice Gallety fait le bilan de sa création d’entreprise

« Je le referai sans la moindre hésitation. Il ne faut pas se mentir, il y a des difficultés à affronter, surtout au début. Mais c’est une super aventure, une aventure humaine, un développement personnel. J’ai fait un bond de 30 ans en termes de maturité. J’aurai beaucoup de mal à redevenir salarié. »

Brice Gallety attache beaucoup d’importance à transmettre sa passion pour l’entrepreneuriat. Membre de l’association « 100 000 entrepreneurs », il se rend dans les écoles pour sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat. Il participe également aux « Lunch Time Coach » : rencontres, le temps d’un déjeuner, avec des personnes qui s’interrogent sur un projet professionnel et avec une idée entrepreneuriale. Des échanges constructifs où il partage son expérience avec plaisir.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !