webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Economie frugale et coopération À la recherche de la « simplicité » perdue !

Economie frugale et coopération À la recherche de la «  simplicité  » perdue  !

L’essor et la pression inflationnistes des moyens et des canaux de communication nous entraînent spontanément vers la spirale du « toujours plus » et du «toujours plus cher » dans l’espoir de continuer à être vu, reconnu et entendu.


Pourtant, à contre courant de cette inclinaison naturelle, de façon paradoxale et tout à fait inattendue, nous parvient du fond de l’Inde un nouveau concept à la fois très traditionnel et très moderne  : «  L’Innovation Jugaad  » * traduite en français par l’innovation frugale. Ce nouveau concept,  proche du «  système D  » peut se définir comme «  la capacité ingénieuse d’improviser une solution nouvelle et efficace dans des conditions adverses en utilisant des ressources limitées  ».
Le Jugaad   se heurte de façon frontale à la culture Française où l’ingénierie est très valorisée, et ou règne un certain goût pour la sophistication diamétralement opposée à l’innovation frugale. La où échoue notre pulsion adictive  et frénétique à faire toujours «  plus avec plus  » émerge simultanément la logique de  l’innovation frugale qui consiste à «  faire mieux avec moins  »,

En Europe et en France en particulier, confrontés à une complexité grandissante et à une rareté de ressources, il devient  impératif pour nos entreprises de faire preuve d’agilité et de frugalité. Dans ce contexte, certaines entreprises «  libérées  » ont déjà pris pour modèle “les 3 piliers” du Jugaad* : “frugalité, agilité et inclusivité” et  s’orientent vers l’innovation frugale pour développer des solutions abordables qui sont génératrices de forte croissance. Tout le contraire, en somme, du système actuel de la R & D telle qu’elle est pratiquée dans les grandes entreprises mondiales : “onéreux, élitiste, manquant d’agilité et d’ouverture”.

Dans ce sens, il est intéressant  d’observer qu’il y a 10 ans en Auvergne, à l’initiative de deux entrepreneurs sociaux Gilles Flichy et Frédéric Coureau rejoint très rapidement par 7 autres partenaires, une initiative, se situant dans le droit fil de «  L’Innovation Jugaad  », est  née à Clermont Ferrand : «  Les Petits Déjeuners de la Création  ».

A contre courant des usages et pratiques observables chez les acteurs de l’accompagnement des Créateurs d’entreprise, les partenaires fondateurs de ce nouveau concept ont accepté dès le départ de leur aventure entrepreneuriale de suivre leur intuition et d’agir collectivement de façon frugale en s’associant pour offrir aux créateurs d’entreprise une offre innovante et peu coûteuse en parfaite adéquation avec leur besoin et leur attente.  Dans cet esprit les 9 partenaires aux attentes diversifiés ont décidés de mettre en commun leur talents et leur moyens modestes  et complémentaires afin de permettre aux Créateurs d’entreprises  de rompre leur isolement et de bénéficier gracieusement des conseils et des bonnes pratiques de témoins et experts à leur disposition.

C’est donc dans un climat d’incompréhension et d’opposition manifeste que bravant les freins et les  préjugés «  l’establishment  » peu préparés à cette approche simple, innovante et frugale qu’ils ont décidés ensemble de mettre chacun, à disposition des créateurs, l’une de leurs ressources  : un amphithéâtre, un animateur, concepteur graphiste, un fichier client, un réseau, une logistique d’accueil…. Force est de constater que de l’adversité ambiante et d’un certain dénuement est né l’événement qui 10 ans plus tard demeure la manifestation au service des créateurs d’entreprises la plus appréciée et la plus fréquentée de la région.

Dans la foulée des Petits Déjeuners de la Création sont nées en 2010 selon la même logique à l’initiative de 10 partenaires «  Les Matinales RH  » destinées à permettre aux dirigeants de TPE/PME d’échanger entre eux de s’y retrouver dans le dédale de la complexification exponentielle de notre droit social et force est de constater que leur réussite est aujourd’hui incontestable.

Cette expérience nous permet de tirer quelques enseignements au passage :

    l’ingéniosité se niche bien souvent chez ceux qui n’ont rien
    dans ingéniosité, on retrouve la racine “ingénu” et sa part d’innocence d’enfant
    les structures et processus rigides étouffent la créativité et réduisent l’agilité

Pour continuer à innover et à créer de la richesse en Auvergne dans le contexte difficile que nous traversons, nous devrions systématiquement nous efforcer à ne plus percevoir les contraintes fortes comme un frein, mais comme l’occasion d’innover et de créer plus de valeur. Cette nouvelle attitude nous amènera naturellement à adopter les  principes directeurs du Jugaad  :

    Dénicher les opportunités dans un contexte d’adversité
    Générer plus à partir de moins
    Penser et agir avec flexibilité
    Rester simple
    Intégrer les consommateurs marginalisés
    Suivre son intuition

A ce ballet de la «  Renaissance  », de la simplicité et de la débrouillardise ne seront pas conviées les entreprises du CAC 40, les administrations, les syndicats, les idéologies et les partis politiques qui s’abîment chaque jour davantage vers le «  toujours plus avec plus de ressources non renouvelables et de complication  ». Seules les TPE/PME sauront trouver en leur sein, l’énergie, l’agilité, l’audace et la créativité nécessaires pour prendre le risque d’innover hors des sentiers battus empruntés par l’establishment et passer ainsi progressivement et de façon irréversible d’une «  économie de masse  » à une «  économie de la valeur  » centrée sur l’homme.

* Mot en Hindi qui veut dire «  débrouillardise  »

                                                                                                                                                                                         Une chronique de libre expression
signée : Go-between



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !