webleads-tracker

Formation, éducation

Entre découverte des savoir-faire et recherche d’emploi, les journées portes ouvertes du bassin Thiernois ont trouvé leur public

Entre découverte des savoir-faire et recherche d’emploi, les journées portes ouvertes du bassin Thiernois ont trouvé leur public

Les 15, 16 et 17 octobre s’est déroulée la 6éme édition des journées portes ouvertes du bassin Thiernois. Trente sept entreprises ont ouvert leur portes et dévoilé leur savoir-faire à plus de 1000 personnes, dont de nombreux scolaires.


Organisées à l’origine par la ville de Thiers et Thiers Communauté pour mettre en avant la richesse des savoir-faire du territoire, les journées portes ouvertes se sont peu à peu élargies à l’échelle du bassin. Elles sont désormais co-organisées par trois communautés de communes voisines (Entre Dore et Allier, Montagne Thiernoise et Pays de Courpière). Cette année, prés d’une quarantaine d’entreprises ont ouvert leurs portes, de l’artisanat à la métallurgie en passant par la gastronomie et les services. Pour Julien Goubely, chargé de développement économique auprès de la ville de Thiers, « l’objectif est de montrer que le bassin Thiernois est un vrai bassin industriel et ne compte pas seulement la coutellerie. » Menées de front avec le forum pour l’emploi et la formation lors d’une semaine dédiée à l’emploi, la manifestation a mis en avant le dynamisme du bassin.

Ouvertes à tous, ces journées sont toutefois majoritairement fréquentées par un public de scolaire. Pour Laetitia Berton, chargée de mission économique à la CC Entre Dore et Allier, et présente lors de la visite de l’entreprise de compostage Ecovert Boilon, à Lempty, par les classes de 4e et 3e SEGPA du collège Audembron de Thiers, les visiteurs sont à 70 % des étudiants, du collège aux formations post-bac. Pour certains cursus où les élèves se destinent à une formation professionnel « la visite permet de s’orienter dans un projet professionnel », indique Julie Bordes, professeure de SEGPA.

Si les entreprises qui reçoivent le plus de visiteurs sont celles pourvoyeuses d’emploi, à l’image de CEP ou Cartolux, l’événement fut aussi l’occasion pour les curieux de découvrir des métiers originaux. Souffleur de verre à Thiers, Clément Boucheron a ainsi présenté son activité et réalisé des démonstrations tout au long du week-end (voir vidéo). Pour l’artisan, qui mise sur un accueil familial et atypique dans son atelier, ces journées sont un moyen de faire découvrir son métier aux gens du bassin. Dans ce métier, qui nécessite 3 à 4 ans de formation, l’apprentissage est une affaire de patience.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !