webleads-tracker

Agri & Agro

Essor du marché de la volaille bio en Auvergne

Essor du marché de la volaille bio en Auvergne

Le marché de la volaille de chair bio connaît un essor important en Auvergne qui est désormais le troisième bassin producteur de volailles de chair bio en France et regroupe plus de 10 % du cheptel national. En 2017, la filière auvergnate a produit plus de 1,2 million de poulets bio. Actuellement, la filière veut se développer.


En 2017, la filière auvergnate a produit plus de 1,2 million de poulet bio. Fort de ce résultat, la filière cherche de nouveaux producteurs pour venir grossir ses rangs et répondre à la demande croissante des consommateurs, mais aussi des collectivités toujours plus nombreuses à faire le choix de ce mode d’élevage.

A ce jour, 62 éleveurs produisent des volailles fermières bio pour 3 abattoirs auvergnats. Il s’agit de « Arrivé Auvergne » à Saint-Germain-des-Fossés, « Allier Volailles » à Escurolles et « André Volaille » à Combronde.

L’Allier est le département représentant près de la moitié du cheptel auvergnat de poulets de chair certifiés bio. L’objectif de la filière pour les années à venir est de créer 15 à 20 bâtiments d’élevage supplémentaires par an.

« Notre filière se porte bien et se développe bien. On représente aujourd’hui 10% de la production française en poulets de chair Bio, soit 1,2 million de poulets sur près de 12 millions au national. Il nous faut poursuivre dans cette voie. », dit Bernard Devoucoux, représentant des éleveurs de poulets Bio au SYVOFA, président de la section Bio du Syndicat national du Label Rouge, et président d’Auvergne Bio Distribution.

Le bio a le vent en poupe

Pour répondre à la demande de plus en plus grande des consommateurs mais également des 3 abattoirs qui commercialisent les poulets de chair bio, la filière a besoin de trouver de nouveaux producteurs qui se lancent dans l’agriculture biologique. Dans ce cadre, elle pousse le Syndicat de Défense des Volailles Fermières d’Auvergne, à recruter de nouveaux éleveurs avec une création d’une quinzaine de bâtiments par an. Mais pas n’importe où.

« Il y a des contraintes sur lesquelles nous ne pouvons pas transiger et notamment la distance entre l’exploitation et les abattoirs qui commercialisent les poulets de chair Bio qui ne doit pas dépasser 80 km. Jusqu’à présent, la filière a développé l’aviculture Bio dans l’Allier, berceau historique de l’aviculture Label en Auvergne. Aujourd’hui, il nous parait intéressant de regarder du côté du Parc Livradois-Forez et ce à plus d’un titre. »

Le Parc offre un très bel écrin pour qui souhaite s’y installer et de multiples possibilités d’implantation en termes de foncier. Les surfaces en herbe représentent 90% de la surface agricole utile, ce qui en fait un des atouts majeurs du Livradois-Forez. Par ailleurs avec la mise en œuvre du Projet Alimentaire Territorial (P.A.T.), la volonté du Parc et du Grand Clermont est de parvenir à 20% des surfaces agricoles dédiées à l’agriculture biologique et de proposer 50% de produits locaux, bios ou sous signe officiel de qualité en restauration collective.

A Châteldon, une cantine 100 % bio

C’est en 2010 que la cantine de l’école primaire de Châteldon s’est convertie au bio à 100%. Il faut dire que cette commune située au cœur du Parc Livradois-Forez est, depuis de nombreuses années, engagée dans le développement durable et la préservation de l’environnement.

Pour Sophie Douet, adjointe aux affaires scolaires, ce passage au bio est une vraie prise de conscience à l’heure où est pointé du doigt le contenu des assiettes et le lien entre santé et alimentation.

« Notre municipalité a la responsabilité d’apporter un repas quotidien aux enfants. Nous voulions aller plus loin en leur offrant un repas de bien meilleure qualité. Proposer de la nourriture saine dans les assiettes de nos enfants est un véritable enjeu de santé publique ! Et puis, pour nous, l’ambition est double puisqu’il s’agit de menus bio… et locaux ! En effet, notre volonté est de valoriser et soutenir les circuits courts en essayant de servir dans la mesure du possible des produits locaux et de saison. »

Pour cela, la commune de Châteldon a collaboré avec Anis Etoilé, association clermontoise qui a beaucoup aidé dans la mise en œuvre de cette initiative afin de rencontrer des producteurs locaux. Ainsi, pour l’approvisionnement, la commune fait désormais appel à Auvergne Bio Distribution. Cette coopérative se charge de trouver les marchandises auprès des différents producteurs et transformateurs de la région Auvergne et de les livrer dans les délais souhaités à notre cantine pour les 45 élèves qui y déjeunent chaque jour de la semaine.



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !