webleads-tracker

Société

France Relance | La Bellevilloise, une entreprise inclusive soutenue par l’Etat

France Relance | La Bellevilloise, une entreprise inclusive soutenue par l’Etat

Marc Guillaume, préfet de la région d’Île-de-France, préfet de Paris, a rencontré les équipes de la Bellevilloise et des jeunes employés bénéficiant des emplois francs +. Dans le cadre du plan France Relance, l’insertion sur le marché du travail des personnes en situation de handicap et des jeunes sont des priorités pour l’Etat.


La Bellevilloise, gérée par la société Oriza appartenant au groupe Cultplace, est un lieu de vie emblématique de la vie sociale et culturelle parisienne. Grâce aux mesures de soutien aux acteurs économiques notamment l’activité partielle, l’entreprise est parvenue à maintenir en emploi ses 40 salariés pendant la crise sanitaire. Ces derniers ont également pu bénéficier de formations grâce au FNE – rebond. Elle s’engage désormais vers l’avenir et embauche notamment des jeunes et des personnes en situation de handicap. Pour l’accompagner, différents dispositifs existent, comme le dispositif emploi francs + et l’aide à l’embauche de travailleurs handicapés.

L’embauche et le maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap est au cœur de l’action de l’Etat. Pour y parvenir, plusieurs aides ont été mises en place dans le cadre du plan France Relance :

–          L’aide à l’embauche de travailleurs handicapés : cette aide s’adresse aux entreprises et aux associations qui recrutent, entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, un travailleur handicapé. Elle n’est soumise à aucune condition d’âge. Le montant de l’aide s’élève à 4000€.

–         L’aide exceptionnelle à l’alternance : cette aide s’adresse aux entreprises et associations qui recrutent, entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021, un apprenti reconnu travailleur handicapé sans limite d’âge, pour préparer un diplôme dont le niveau peut aller du CAP au Master 2. Le montant de l’aide s’élève à 5000€ pour une personne de moins de 18 ans et à 8000€ pour une personne majeure.

Par ailleurs, pour aider les jeunes qui arrivent sur le marché du travail mais aussi ceux qui sont aujourd’hui sans activité ou formation, l’Etat mobilise un budget de 6,7 milliards d’euros au niveau national. Le plan 1 jeune 1 solution offre une solution à chaque jeune. Il mobilise pour cela plusieurs leviers : aides à l’embauche, formations, accompagnements, aides financières aux jeunes en difficulté, apprentissage, etc., afin de répondre à toutes les situations.

Les aides financières à destination des employeurs embauchant des jeunes ont également été renforcées. En Île-de-France, 7500 contrats ont ainsi pu bénéficier des aides exceptionnelles aux employeurs qui recrutent en apprentissage ou en alternance entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021. Elles s’élèvent à 5 000€ pour un apprenti de moins de 18 ans et à 8 000€ pour un apprenti majeur. L’aide à l’embauche des jeunes a été attribuée à ce jour dans près de 16 000 cas.

En particulier, les « Emplois Francs + » permettent de verser une aide financière à tout employeur privé qui recrute un jeune résidant dans l’un des 272 quartiers prioritaires de la politique de la ville d’Île-de-France entre le 15 octobre 2020 et le 31 janvier 2021. Cette aide atteint 17 000€ sur trois ans pour un recrutement en CDI dont 7 000 € la première année et 8 000€ sur 2 ans pour un recrutement en CDD d’au moins 6 mois dont 5 500€ la première année. L’objectif à court terme est que 300 entreprises franciliennes utilisent ce dispositif.

En Île-de-France, le plan régional d’insertion pour la jeunesse se fonde sur le repérage des jeunes en difficulté afin de leur proposer des parcours individualisés qui permettront d’aboutir à des solutions d’insertion sur-mesure.

Le dispositif est renforcé et un contact régulier est maintenu par les référents avec les jeunes, en dépit de la crise sanitaire. Au 30/09/2020, 3500 jeunes venant de 95 quartiers prioritaires de la politique de la ville ont été accompagnés par l’un des 164 référents de parcours. On dénombre 1800 sorties positives en emploi ou en formation qualifiante.

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !