webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Le « Don » et « l’avidité » : Au cœur du paradoxe des réseaux !

Le « Don » et « l’avidité » : Au cœur du paradoxe des réseaux !

Après avoir remisé, en toute discrétion, sa Rolex et sa voiture d’exception au garage, marquant ainsi sa solidarité sociale au cœur du chaos économique dans lequel nous évoluons, il est de bon ton d’afficher avec ostentation et panache l’éventail honorifique de son appartenance à des réseaux sociaux et physiques d’exception auxquels on s’est rallié par mode ou par nécessité.


Les réseaux sociaux et physiques prolifèrent et se multiplient à la vitesse de nos connexions neuronales. Ils se professionnalisent, se structurent, s’organisent à la recherche d’une toujours plus grande efficacité et productivité et parfois se déshumanisent à la vitesse sidérale de la lumière. Peut-être, au diapason de nos organisations, sont-ils trop focalisés sur la recherche et l’atteinte des résultats immédiats qu’ils se sont fixés de façon contraignante et dictatoriale.

Paradoxalement, en réintroduisant une dose de désordre, de désintéressement et de « lâcher prise » dans notre fonctionnement au sein des réseaux tout en se risquant à réinvestir cette humanité perdue au cœur de nos vies chahutées et affectées par la perte de sens et de confiance, l’impensable et l’inattendu viennent nous surprendre agréablement et souvent très généreusement.

C’est donc en lâchant prise et en renonçant délibérément à attendre un résultat fortement désiré au cœur de notre engagement dans les réseaux physiques que, de façon paradoxale et tout à fait inespérée, notre attitude désintéressée éveille le génie endormi de la lampe d’Aladin et se révèle comme par enchantement au service de la réalisation de nos plus grands rêves et desseins. Je ne peut résister au passage à faire un clin d’œil à Réseau Entreprendre en Auvergne là où des entrepreneurs doublement désintéressés font le choix de contribuer financièrement et d’offrir leur temps et leur expérience précieux en accompagnant de futurs créateurs et repreneurs d’entreprises vers la réussite. Ils œuvrent, de concert et dans le même esprit, aux côtés des « Petits Déjeuners de la Création » auxquels ils contribuent par les témoignages de leur membres et de leurs lauréats, participant ainsi à la création d’emplois et de valeur dont nous avons tant besoin pour renaître économiquement et socialement.

Notre attitude désintéressée éveille le génie endormi de la lampe d’Aladin…

Il nous faut donc prendre le risque de nous investir, sans rien attendre, ni désirer, dans une relation interpersonnelle densifiée et magnifiée qui conduit au seul plaisir d’être ensemble dans la confiance et dans la joie partagée.

N’oublions pas que l’essor des banquiers vénitiens et du commerce en Europe lors de la première Renaissance n’a pu s’établir durablement que sur la confiance et l’audace d’entreprendre et non sur l’égoïsme, le calcul et l’avidité individuels.

Au cœur de cette nouvelle façon d’investir les réseaux, la confiance ne peut ni s’acheter, ni se négocier et encore moins se dérober à travers le hold-up de la caverne d’Ali Baba ou d’un coffre bancaire. Sur les pas de Montaigne qui tentait de nous faire percevoir la qualité des liens qui l’unissaient à son meilleur ami Étienne de La Boétie lorsqu’il écrit : « Parce que c’était lui, parce que c’était moi », acceptons de pénétrer dans le domaine complexe de l’humain qui caractérise les réseaux physiques si riches en intelligence émotionnelle.

Ayons l’audace de tourner définitivement le dos aux tours facétieux que nous joue notre mental avide de « Selfie », d’ego, et de profit immédiat et adoptons avec courage, bienveillance et confiance cette nouvelle attitude désintéressée et attentive à l’autre. Pour y parvenir, je vous invite à emboîter les pas de Raphaël Berardi, d’Alain Ondet et de Pascal Brunel, présidents respectifs de l’Association Reflexe Brézet, du club APM Auvergne Nouveau Monde et de Réseau Entreprendre en Auvergne, qui, après avoir découvert et expérimenté cette nouvelle posture, ne cessent d’enchanter les louanges tout en jouissant et en bénéficiant de ses bienfaits durables.

Go Between



Une chronique

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !