webleads-tracker

A la Une

Les entrepreneurs auvergnats mis à l’honneur par les DCF

Les entrepreneurs auvergnats mis à l’honneur par les DCF
La soirée des DCF sur le thème “Art de vivre entre nature et culture”
le 17 février dernier

À l’occasion de la réunion mensuelle de l’association des Dirigeants Commerciaux de France de Clermont (DCF) qui s’est tenue le lundi 17 février à l’hôtel des ventes, de jeunes entrepreneurs prometteurs ont été particulièrement mis en avant.


Les frères Flichy, qui ont ouvert leur atelier rue Blatin, ne cessent de bousculer les codes du luxe par un concept innovant du prêt-à-porter de costume spécialisé dans le mariage, made in Auvergne. En 2015, Quentin et Clément Flichy décident de se lancer dans la grande aventure entrepreneuriale. Clément, sorti tout droit de l’école supérieure de commerce à Lyon et Quentin formé par les prestigieuses écoles de modes lyonnaises, décident de créer la marque d’accessoires Gentille Alouette.
Suite à la création des nœuds papillons, emblèmes de la marque d’accessoires auvergnate, les frères Flichy ne tarderont pas à élargir les portes de leur entreprise.

C’est donc avec le but de démocratiser le costume tout en proposant des étoffes de qualités venues d’Italie et d’Angleterre, que Clément et Quentin sont rejoints par leur frère cadet Raphaël et leur ami d’enfance Florian May, pour proposer aux Clermontois une expertise complète de leurs besoins.

Enfin, ce sont les caves Tissandier qui ont été mises à l’honneur au sein de l’hôtel des Ventes de Clermont-Ferrand. Le nom de la célèbre maison clermontoise n’est plus à faire dans le domaine de l’œnologie. Toutefois, c’est avec un souffle nouveau que le trio de trentenaires Clément Nicolas, Fabien Rodet et Marc Le Berre, reprend les rênes de la cave Tissandier, succédant à Christian Lambert.

Dans le « respect de l’esprit des caves » et de « conserver l’âme de l’endroit », les caves Tissandier, boulevard Desaix, proposent aux clermontois une large sélection de grands crus venus de France et de l’étranger : 80 000 bouteilles de 4 000 références différentes.

Cependant, les trois passionnés de vins ne semblent pas s’arrêter à la vente de grands crus, car ils souhaitent aussi développer l’aspect dégustation de la cave. 
C’est donc avec enthousiasme que les DCF ont une nouvelle fois promut et valorisé la fonction commerciale clermontoise.  



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !