webleads-tracker

BTP, construction, immobilier

Les parlementaires du Puy-de-Dôme invités à Paris par Jacques CHANUT, président National de la FFB

Les parlementaires du Puy-de-Dôme invités à Paris par Jacques CHANUT, président National de la FFB

Le Président Jacques CHANUT et le Président Georges FAURE pour la FFB du Puy-de-Dôme ont invité le 31 mars 2015 tous les parlementaires du département, pour une présentation objective de la situation économique nationale et départementale de la profession et leur exposer les principales observations et revendications des entrepreneurs et artisans du BTP.


L’année 2015 s’annonce encore très difficile pour le secteur du Bâtiment, avec une baisse d’activité de 1,5 % sur le plan national comme départemental, qui se traduira par la perte de 30 000 emplois en France.

Les Présidents Jacques CHANUT et Georges FAURE ont interpellé les parlementaires sur trois points précis :

1° Le compte pénibilité : ce compte sera véritablement effectif dans le secteur du BTP au 1er janvier 2016 et se traduira par de nouvelles cotisations afin de financer une anticipation de deux ans des départs à la retraite des salariés du BTP réalisant des travaux « pénibles ».

Si ce point est acquis, les présidents des organisations professionnelles demandent la suppression pure et simple de la fiche pénibilité totalement inadaptée à la profession.

2° Salariés détachés : la FFB se réjouit de la publication le 31 mars 2015 des textes d’application de la loi SAVARY sanctionnant lourdement les entreprises qui ont recours de façon abusive aux salariés détachés mais aussi les maîtres d’ouvrage qui tolèreraient de telles situations sur leurs chantiers.

Ils attendent aussi beaucoup de la carte d’identification professionnelle délivrée par le réseau des caisses de congés payés prévue dans la loi MACRON qui facilitera grandement les contrôles sur les chantiers.

3°Financement de la formation continue pour les entreprises de plus de 9 salariés : la loi du 5 mars 2014 a baissé le taux de cotisation des entreprises (de 1,6 à 1 %). En contrepartie, les modalités de remboursement des formations pour les entreprises ont été très largement amputées.

C’est pourquoi, pour les entreprises intéressées, une cotisation supplémentaire optionnelle de 0,20 % a été proposée par les organisations professionnelles d’employeurs du secteur aux syndicats de salariés. Un accord était intervenu dans ce sens le 16 mars 2015 avec la CFTC, la CGC et FO. Malheureusement, le 31 mars 2015 la CGT et la CFDT ont dénoncé cet accord, qui très probablement ne pourra pas s’appliquer. Les Présidents Jacques CHANUT et Georges FAURE ont estimé que c’était encore un coût dur porté aux entreprises qui entendent former leur personnel.

Les parlementaires présents à savoir : Odile SAUGUES et Danielle AUROI Députées du Puy-de-Dôme, Alain NERI Sénateur du Puy-de-Dôme et Brice HORTEFEUX Député Européen ont été très attentifs aux observations de la FFB et ont exprimé leur accord quant aux propositions de la Fédération. Ils se sont même engagés à intervenir auprès du gouvernement.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !