webleads-tracker

Santé, biologie, psycho, social

Les thermes de Bourbon-Lancy sous la protection de Borvo, le dieu guérisseur Celte

Les thermes de Bourbon-Lancy sous la protection de Borvo, le dieu guérisseur Celte

Station familiale, Bourbon-Lancy accueille les curistes dans un environnement privilégié, favorisant la guérison et l’épanouissement. Les équipements de pointe, la qualité des soins, les eaux particulièrement vertueuses, sont autant d’atouts qui donnent d’excellents résultats dans le traitement des affections rhumatismales et cardio-artérielles.


Borvo, le dieu guérisseur Celte

L’importance du culte voué à cette divinité des cures thermales peut se mesurer au nombre de villes, en France et en Allemagne, dont le nom rappelle celui de Borvo. Située non loin de Bibracte, autrefois capitale du peuple celte des Eduens, Bourbon-Lancy en fait partie. De l’époque Gallo-Romaine, subsistent quelques vestiges comme ce magnifique collecteur souterrain, daté du 1er siècle, dans lequel s’évacuaient les eaux de sources.

Plus proche de nous, à partir du second Empire, la station connait une période fastueuse. L’établissement datant de 1850 a été entièrement reconstruit à la fin du XIXe siècle dans un style architectural simple, rappelant les bains romains.

Le Groupe Thermal de Bourbon-Lancy

Directeur des thermes depuis 1989, Didier Monssus a racheté en 2003 la Société Thermale de Bourbon-Lancy, une SAS au capital de 100 000€ dont il est aujourd’hui le président. Le Groupe comprend l’établissement thermal, des studios meublés, un hôtel de 26 chambres avec le Restaurant du Cloitre ainsi qu’un centre de Bien-Être et Thermoludique, CeltÔ.

S’inscrivant dans une prise en charge globale, le Groupe se veut proche des curistes. Une proximité entretenue par le caractère familial de la structure. En effet, l’épouse de Didier Monssus gère CeltÔ depuis 2007, son fils a pris la direction du Grand Hôtel en 2010 tandis que sa fille a pris en charge les ressources humaines en 2014. En pleine saison, ce sont 98 salariés qui sont aux petits soins pour les curistes et les clients.

Deux orientations thérapeutiques : la rhumatologie et les maladies cardio-artérielles

Les eaux de Bourbon-Lancy sont faiblement minéralisées. Elles facilitent la dilatation des artères et donnent d’excellents résultats dans le traitement de l’hypertension artérielle et de l’artérite des membres inférieurs. Bourbon-Lancy a été la première station agréée par l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour l’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) atteint de fibromyalgie (Fibr’Eaux).

En 2015, 3481 personnes ont séjourné dans la station dans le cadre des cures conventionnées de 18 jours. Une fréquentation en hausse de 5,6 %. A cela s’ajoute environ 280 personnes venues profiter d’une mini-cure santé d’une semaine pour lutter contre le stress, les jambes lourdes ou encore le mal de dos.

Bourbon-Lancy, une station à la pointe de la diversification

Bien avant l’heure, Didier Monssus a eu à cœur de diversifier l’activité thermale avec de la remise en forme et des programmes qu’il qualifiait déjà « d’éducation pour la santé et l’hygiène de vie. » Aujourd’hui, Bourbon-Lancy est devenue une station de « Pleine Santé » proposant de l’activité physique adaptée, des conférences, de l’initiation à la randonnée, de l’aquagym en piscine, etc. Le centre « CeltÔ Espaces Bien-Être » a été créé en 2007 afin d’offrir une prise en charge moins médicalisée autour de trois univers : l’activité thermoludique, les soins esthétiques et la remise en forme.

Tournée vers l’avenir, la station a engagé de nombreux investissements, dont la construction d’un couloir de marche qui a nécessité 2 ans de travaux. Pris en compte dans la nomenclature Sécurité Sociale, il est recommandé dans le traitement des maladies cardio-artérielles. Sous l’impulsion de la députée-maire de la Ville, Edith Gueugneau, la place d’Aligre va très prochainement être entièrement réaménagée, ainsi que le parc thermal. Autant de facteurs qui concourent à faire de Bourbon-Lancy une station accueillante et à la pointe de la modernité.



Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !