webleads-tracker

Tendances Éco

Marché des bureaux | Bilan 2020 et perspectives d’avenir

Marché des bureaux | Bilan 2020 et perspectives d’avenir

Ces vingt dernières années, les marchés régionaux de bureaux ont connu une croissance solide malgré de multiples crises économiques, tout en offrant une véritable profondeur. En 2020, ils n’ont pas échappé à la crise sanitaire.


Globalement, le marché connait un net recul avec près de 1,25 millions de m² placés (-36%) par rapport au pic historique de 2 millions de m² atteint en 2019.

Pour résumer, on constate que toutes les métropoles, hormis Strasbourg et Grenoble, ont dévissé. Ce sont les six grandes métropoles Lyon, Lille, Aix-Marseille, Bordeaux, Nantes et Toulouse qui ont été le plus affectées avec une baisse de 42% tandis que les villes moyennes ont mieux résisté (- 25 %).

Les transactions dans le neuf, représentant 31% du marché en régions, marquent la plus forte baisse avec -46%. « Cette baisse conjoncturelle est fortement liée à la crise sanitaire et économique et au recul des deals de grandes surfaces. Elle ne remet pas en cause, pour autant, les stratégies de lancements d’opérations en blanc qui se révèlent souvent être des succès locatifs. Nous sommes persuadés que c’est l’offre neuve et la prise en compte des nouvelles attentes des utilisateurs qui va continuer à créer et attirer la demande », explique Jean-Laurent de La Prade, Directeur Général Adjoint de BNP Paribas Real Estate Transaction, en charge des Régions.

En revanche, le marché de seconde main résiste mieux, avec une baisse de seulement 28% sur un an. Il représente près de 60% du volume des transactions en 2020.

L’offre neuve progresse significativement de 22%, suite à la faible consommation de surfaces, et représente environ 821 000 m². « L’offre future s’élève à 917 000 m², soit +32% par rapport à 2019. Celle-ci devra répondre aux attentes des utilisateurs afin d’attirer les salariés, en proposant une qualité architecturale irréprochable, avec des espaces extérieurs, et un soin particulier sur le design ou encore le bien-être. Sans oublier l’agilité avec des espaces réversibles et des espaces de coworking. Enfin, l’impact RSE sera déterminant, tout comme la résilience, l’inclusivité et l’ouverture sur la ville », commente Jean-Laurent de La Prade.

Le volume global des transactions réalisées en 2020, soit 2,47 mds d’euros, est en baisse de seulement 9 % sur cinq ans, et reste supérieur de 19 % à la moyenne 10 ans. Les variations ne sont pas uniformes sur le territoire, car les grandes métropoles ont été les plus touchées, ce qui a grandement impacté le volume global.

« Pour l’année 2021, il y a des raisons d’être confiant. La demande exprimée auprès de BNP Paribas Real Estate en 2020 n’a baissé que de 26%, alors qu’elle était à son pic en 2019. La vaccination devrait accélérer la sortie de la crise et engendrer un rebond et un effet de rattrapage. Dans ce contexte, le volume de m² placés en bureaux pourrait dépasser la barre des 1,5 millions de m² en Régions », anticipe Jean-Laurent de La Prade.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !