webleads-tracker

Etudes, conseil, expertise

Bertrand Soulier, coach web : “pour réussir sa communication sur les réseaux sociaux, il faut respecter l’ADN du réseau”

Bertrand Soulier, coach web : “pour réussir sa communication sur les réseaux sociaux, il faut respecter l’ADN du réseau”

Tablettes, smartphones, ipod… Ces outils nomades de communication sont devenus les incontournables de la stratégie marketing des entreprises. Bertrand Soulier, coach digital, blogueur compulsif, défricheur du web local et créateur de Cyberbougnat, apporte ses recommandations afin d’exploiter au mieux les multiples possibilités de communication sur les réseaux sociaux.


Manque de temps, méconnaissance des outils, incompréhension ou mauvaise utilisation des réseaux sociaux donnent à l’internaute débutant l’impression d’une noyade dans un univers où le temps s’accélère au sein d’un système de connexions de plus en plus complexes.

Bertrand Soulier, consultant en communication numérique, se veut rassurant : « c’est parce qu’on veut aller sur des réseaux sociaux où on n’a pas besoin d’être ou qu’on ne maîtrise pas. On n’a pas besoin d’être partout. Une entreprise doit d’abord définir une stratégie globale de présence sur les réseaux sociaux et élaborer un contenu en phase avec l’ADN du consommateur qui fréquente ces réseaux ». D’où la nécessité de se faire accompagner comme le propose PRATIC, Pôle régional de Ressources et d’Accompagnement dédié aux Technologies de l’Information et de la Communication.

Car les chefs d’entreprises ne peuvent plus ignorer l’utilité et l’efficacité de leur présence sur les réseaux sociaux. Les chiffres sont vertigineux : sur 2,7 milliards de personnes connectées dans le monde, la moitié le sont sur Facebook ; la France qui compte 54 millions d’internautes (83 % de la population), est particulièrement bien équipée en smartphones ; 78 % des Français connectés sont inscrits sur des réseaux sociaux, souvent via leur téléphone.

Tout passe par l’image

L’arrivée de ces nouveaux téléphones multifonctions a rendu obsolète, en quelques mois à peine, nombre de sites Internet qui font désormais figure d’ancêtres. Les entreprises doivent s’adapter, s’assurer que leur site est lisible sur les smartphones, bâtir leur réseau sur Internet pour amener de nouveaux clients potentiels sur leur site marchand. C’est un changement radical de point de vue, un nouveau langage qui passe par l’instantanéité, par l’image et la réaction « à chaud ».

Les futurs réseaux sociaux sont tous basés sur l’image : Facebook a adapté ses pages pour que les photos publiées soient plus mises en valeur, Twitter autorise désormais les photos sur des pages gérées comme un blog tout comme Google+. Instagram et Pinterest, quant à eux, permettent de publier des images instantanément qui peuvent être envoyées dans les réseaux en temps réel. Les réseaux sociaux sont déjà mobiles, «ce qui compte c’est la facilité d’usage, le défi pour une entreprise c’est : être vu, parler aux bonnes personnes et montrer sa différence. Attention ! Nous ne sommes jamais qu’à quelques clics du concurrent.» conseille Bertrand Soulier qui préconise 3 axes pour le développement de son réseau pour une entreprise :

  • Le référencement de son site Internet, un référencement par achat de mots clefs mais surtout avec du contenu, des belles images, des liens qui vont assurer sa bonne place dans les moteurs de recherche.
  • Le recours aux bonne vieilles méthodes de la newsletter et du mailing « c’est gratuit, envoyer une information régulière et bien ciblée fidélise la clientèle »
  • s’appuyer sur les réseaux sociaux pour promouvoir sa marque

La communication « pousse-bouton »

Aujourd’hui, avec le déploiement des réseaux sociaux, l’information arrive sans qu’on ait besoin d’aller la chercher. Elle fonctionne un peu comme dans la vie, sur « recommandation » d’un « ami » car, bien que cet ami ne soit que virtuel, il appartient à une communauté qui s’est choisie et lorsqu’il envoie un tweet sur un produit, sur un restaurant, un spectacle, il y a tout lieu de penser que son message sera vu, lu et suivi.

Cette forme de communication « presse- bouton », basée sur l’image et le texte court (140 mots maxi sur Twitter, vidéos de 6 secondes sur Vine), est désormais le langage des jeunes. Il doit devenir celui de l’entreprise pour une partie de sa clientèle.

Face à ces nouveaux comportements, tout chef d’entreprise se doit de réagir : investir dans les réseaux sociaux, définir sa stratégie, bâtir son réseau, choisir les outils et le community manager à qui va être confié l’animation de ces réseaux.

Bertrand Soulier préconise de «mettre des messages sur les réseaux sociaux pour renvoyer sur le site institutionnel de l’entreprise; il faut parler à ses «fans», entretenir la discussion, les remercier de leurs commentaires et faire parler de soi».

Il conseille aussi, contrairement aux idées reçues, de former du personnel en interne à la communication numérique plutôt que d’embaucher un communicant pour le former à la culture de l’entreprise, plus longue à acquérir.

Des outils à connaître

Assurer sa présence sur les réseaux sociaux oui, mais sur quels réseaux ? Il y a les mastodontes, Facebook, Twitter, Google+, d’autres plus spécialisés, à intégrer en fonction de thématiques proposées, chacun développant son propre positionnement.

Or, pour Bertrand Soulier, l’important n’est pas d’être présent partout mais bien « de proposer des publications qui respectent l’ADN du réseau » et pour cela, il a une théorie inspirée de Maslow.

Il propose ainsi une classification hiérarchique des besoins des internautes selon la pyramide des besoins humains définies par Maslow : besoins physiologiques, de sécurité, d’appartenance, d’estime, d’accomplissement de soi. On n’envoie pas la même information sur un réseau de consommateurs, un site d’échange entre professionnels (Linkedin, Viadeo) que sur des réseaux destinés à promouvoir l’amitié, le sentiment d’appartenance (Google+, Facebook), la valorisation de soi (Twitter) ou encore pour développer des idées (WordPress)

La qualité des interactions est importante : « il faut être sympathique, surprendre, émerveiller, faire rêver, donner envie. Il faut pour être reconnu, être utile aux autres, trouver les bons contenus» et, comme dans toute action de communication, se demander comment s’adresser à sa cible et accroître sa visibilité.

Enfin, apprendre à connaître les outils de gestion est nécessaire pour ne pas perdre son temps devant son écran : apprendre à programmer ses publications aux jours et heures où le public ciblé se connecte, utiliser des outils de synchronisation des publications, travailler les contenus, les images, surveiller le trafic sur ses pages à l’aide d’outils générant des tableaux de bord qui sont autant d’indicateurs pour l’orientation de sa communication.

Tout n’est pas que dans la stratégie donc, il faut y ajouter un certain savoir-faire mais Clermont-Ferrand, ville numérique reconnue, accueille un grand nombre d’entreprises spécialisées dans les TIC. De quoi trouver de l’aide et ne plus avoir peur du grand méchant google.

En savoir plus :

PRATIC Auvergne, 14 rue Jean Claret, 63000 Clermont-Ferrand
info@pratic.org
04 73 15 06 10



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !