webleads-tracker

Institutions, collectivités

René Souchon : “Notre objectif est d’augmenter de 10 % les exportations des entreprises auvergnates en 3 ans !”

René Souchon :  “Notre objectif est d’augmenter de 10 % les exportations des entreprises auvergnates en 3 ans !”
René Souchon, président de la Région Auvergne

Avec une balance commerciale excédentaire et en progression années après années, la Région Auvergne se classe au 9e rang des régions les plus positives en termes de solde d’échange extérieur. Cependant, si la performance à l’export de l’Auvergne progresse, sa place reste modeste. Le Plan Régional pour l’Internationalisation des entreprises qui se met en oeuvre actuellement vise à susciter des vocations à l’export chez les petites entreprises n’ayant pas l’habitude des marchés étrangers. Un plan ambitieux sur lequel le président de la Région Auvergne, René Souchon, est revenu pour les lecteurs du Journal de l’éco.


Le PRIE, acronyme de Plan Régional pour l’Internationalisation des Entreprises en Auvergne, a été élaboré au cours de l’année 2013 dans un partenariat très large à l’initiative de la Ministre du commerce extérieur de l’époque, Nicole Bricq. « Ce plan a été adopté par le Conseil Régional en décembre 2013 et va maintenant se déployer », précise René Souchon en ajoutant : « L’aide à l’internationalisation des entreprises relève désormais de la compétence des Régions et ce dans le cadre des textes législatifs qui sont en cours de vote. La ministre avait anticipé la situation et cela va devenir une obligation pour toutes les Régions. » Cette stratégie globale de redressement du commerce extérieur mise sur des secteurs pour lesquels la demande mondiale sera forte et où la France dispose d’un avantage compétitif en termes de qualité de l’offre et de prix.

En Auvergne, c’est avec les principaux acteurs de l’export (l’Etat, CCI International, Agence Régionale de Développement Economique, Bpifrance, …) que la Région élabore actuellement son PRIE. Preuve de son implication, la Région a consacré en 2013 un budget de 1,5 million d’euros à l’export pour soutenir des projets individuels d’entreprises par le biais de son Fonds d’Investissement Auvergne Durable et en participant à des actions collectives. Le projet voit loin : « Nous avons des objectifs ambitieux. Le principal étant d’augmenter en 3 ans les exportations des entreprises auvergnates de 10 %. C’est beaucoup. Nous avons reparti les entreprises à accompagner en différentes strates. Nous avons des objectifs très ciblés en fonction de la catégorie de ces entreprises. Par exemple, nous avons des entreprises qui exportent peu aujourd’hui et qui réalisent un chiffre à l’export inférieur à 2 %. Nous prévoyons d’en accompagner 160 en 3 ans pour les amener à être des exportateurs plus dynamiques avec un chiffre d’affaires compris en 2 et 10 % », déclare encore René Souchon.

Ainsi, 4 types d’entreprises ont été identifiées selon leur part de chiffre d’affaires à l’export : les entreprises non exportatrices, les actifs débutants à l’export, les exportateurs confirmés et les champions de l’export. L’objectif du PRIE est d’accompagner les entreprises de chaque phase au niveau supérieur. Les entreprises débutantes à l’export seront au nombre de 40 à être accompagnées pour passer dans la catégorie supérieure. Enfin, 20 entreprises avec un chiffre d’affaires à l’export supérieur à 40 % devraient être soutenues également et passer de ce fait dans la catégorie des champions de l’export. « Pour cela, nous avons différents moyens humains et matériels et nous avons chargé l’Agence Régionale de Développement Economique (ARDE) de porter ce plan pour le compte de la Région. 10 volontaires internationaux supplémentaires vont par exemple être déployés sur le terrain ce qui permettra aux entreprises de prendre pied sur les marchés à conquérir. »

La puissance de frappe issue de la fusion Auvergne / Rhône-Alpes  va beaucoup aider nos entreprises auvergnates

L’exportation est une des clés du développement de la France. Notre commerce extérieur est déficitaire, donc nous devons pousser nos entreprises à exporter. René Souchon dresse le constat suivant : « Pour la France, la situation est difficile car nous avons beaucoup de très petites et petites entreprises qui ne sont pas forcement armées pour l’export. Souvent, elles ne pensent pas qu’elles peuvent exporter.  Or, en étant bien accompagnées, elles le peuvent. Le potentiel est ouvert à beaucoup d’entreprises sous réserve que nous les accompagnions, que nous changions leur mode de pensée. Il faut que les entreprises aient le réflexe export. C’est vital pour la France.  Nous avons en Auvergne l’exemple de plusieurs entreprises qui nous ont accompagné récemment en Chine et qui, maintenant, exportent régulièrement vers ce pays. Certes, la balance commerciale est positive en Auvergne, grâce notamment à des groupes comme Michelin, mais ce qu’il faut voir derrière, c’est la multitude des petites et très petites entreprises qui exportent peu. Pourtant, certaines d’entre elles ont des produits à forte valeur ajoutée et devraient pouvoir aller à l’export dans de bonnes conditions. Le but principal du PRIE est de les accompagner au mieux. »

Des rencontres Auvergne International se dérouleront le 18 novembre 2014 à la Grande halle d’Auvergne. Ces journées gratuites et ouvertes à toutes les entreprises comprendront des ateliers de rencontres d’experts pays par pays. Ceci pour continuer à sensibiliser les entreprises auvergnates aux possibilités d’exportation. Le site Internet www.auvergneinternational.fr permettra de recevoir les inscriptions à ces rencontres internationales dès le 1er octobre 2014. Cette journée s’inscrit dans le plan déjà très complet d’accompagnement de la Région à la stratégie des entreprises pour les mener à un plan d’action efficace, résumé en 3 phases : Prospection, développement et implantation.

Enfin, l’actualité brûlante de la fusion des Régions pose la question des conséquences sur le Plan Régional d’Internationalisation des Entreprises. Sur ce point précis, René Souchon se montre très optimiste : «  La fusion Auvergne / Rhône-Alpes va être extrêmement positive sur ce plan. Nous allons percevoir l’effet de levier tout de suite. La Région Rhône-Alpes, qui est très puissante, a plus de 170 représentants dispersés dans le monde. La puissance de frappe issue de la fusion des deux régions va beaucoup aider nos entreprises auvergnates. »

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !