webleads-tracker

Emploi, Formation, RH

Vichy Val d’Allier : Le BTP CFA forme les professionnels de demain

Vichy Val d’Allier : Le BTP CFA forme les professionnels de demain

Le Centre de formation des Apprentis (CFA) de Bellerive-sur-Allier, forme depuis 1968, des jeunes aux métiers du bâtiment. En adaptation constante aux nouveaux diplômes (du CAP au BTS) et filières, cette école réunit cette année près de 500 étudiants. Un vivier de futurs talents professionnels pour les entreprises locales, qui travaillent en étroite collaboration avec l’équipe enseignante.


C’est en 1968 que le Centre des Métiers du Bâtiment est créé à Bellerive-sur-Allier, à l’initiative de l’entrepreneur Georges Bourachot et de l’ensemble de la Profession, pour répondre de façon plus professionnelle aux besoins des sociétés locales. Située dans un parc de deux hectares, l’école possède 2 700 m² d’ateliers aménagés, un restaurant de 140 places et une résidence où 100 jeunes peuvent être hébergés chaque nuit. Elle fait partie du réseau national CCCA-BTP, qui met en œuvre et coordonne, en France, la politique professionnelle de formation initiale par l’apprentissage. Ce Comité de Concertation et de Coordination de l’Apprentissage du Bâtiment et des Travaux Publics est un organisme professionnel et paritaire, dirigé à la fois par les fédérations d’employeurs et de salariés. ‘’Avant les CFA, on trouvait surtout des cours du soir pour apprendre son métier. Il fallait un complément de formation pour répondre aux besoins grandissants du secteur et surtout garantir aux entreprises des salariés opérationnels en entreprise’’, explique Jean-Jacques Devaux, directeur du CFA de Bellerive-sur-Allier. Depuis le 1er janvier 2013, les 4 CFA d’Auvergne se sont réunis autour d’un organisme gestionnaire unique, BTP CFA Auvergne, mutualisant les moyens.

Géré par la profession, BTP CFA Allier est financé par le Conseil Régional d’Auvergne (50 à 60% du budget global) le CCCA-BTP et la taxe d’apprentissage. Cet impôt, basé sur la masse salariale des entreprises représente 15 à 20 % du budget de l’école. ‘’Notre bassin d’activité est surtout fait de TPE et PME avec peu de salariés, nous nous devons donc de rencontrer et expliquer l’utilité de nos formations à des entreprises non issues du bâtiment. Cette taxe d’apprentissage est très importante pour notre bon fonctionnement’’, précise le directeur. Le CCCA-BTP finance quant à lui des actions socio-éducatives au sein de l’établissement, accueillant des jeunes dès 15 ans. De nombreuses activités extrascolaires sont ainsi proposées par le service animation.

L’apprentissage, l’avenir prometteur du BTP

BTP CFA Allier à Vichy/Bellerive propose des formations diplômantes du CAP au BTS dans huit filières de métiers. La plupart de ces diplômes (y compris d’Ingénieur) sont accessibles par la voie de l’apprentissage. Les jeunes peuvent ainsi obtenir un diplôme de l’Education Nationale en situation professionnelle et acquérir de l’expérience sur le terrain au contact d’entrepreneurs et collègues expérimentés. L’apprentissage alterne idéalement des périodes de travail en entreprise et des temps de formation au CFA autour des 40 salariés de la structure. Une formation gratuite pour le jeune et l’entreprise qui l’emploie, assortie d’une rémunération et des avantages du statut salarié (point retraite, congés payés, couverture maladie…). ‘’482 jeunes ont fait leur rentrée cette année, avec une bonne progression des entrants 1ère années. Cela est sans doute dû à une vraie prise de conscience des entreprises qui ont besoin d’attirer des jeunes de bon niveau pour renouveler le secteur BTP. La reprise dans le secteur annoncée en 2017/2018, même si elle est moins importante sur le département, incite les jeunes à reprendre le chemin de nos formations’’. Malgré tout, les stéréotypes ont la vie dure et les clichés sont tenaces. Les ‘’tu n’es pas bon à l’école tu travailleras dans le BTP’’, ou les ‘’tu as des capacités, ne va pas dans un CFA’’, font encore partie du quotidien de nombreux jeunes français et en décourage plus d’un. Alors, petit à petit, les entreprises mettent en lumière leur dynamisme et le potentiel de recrutement qui est le leur. 10 à 20% de jeunes issus de filières secondaires générale se réorientent ainsi, par passion au CFA chaque année. Une belle victoire !  ‘’Cette année 20 jeunes femmes étudient dans notre école, preuve aussi que les mentalités évoluent. Les moyens techniques d’aujourd’hui leur permettent d’exercer tous les métiers du bâtiment, et celles-ci sont plus que motivées, avec des projets professionnels très aboutis’’. Des profils très recherchés, qui laissent peu de place au chômage.

Convaincre de nouveaux entrepreneurs

Avec 25% d’entreprises formatrices, l’Allier fait figure de bon élève national (15 à 20%), mais la crise de 2010-2013 a surtout frappé les grosses entreprises, accueillant le plus d’apprentis. Il faut donc relancer la machine et remobiliser des acteurs de terrain prêts à s’engager auprès du CFA : ‘’Une équipe de commerciaux, travaille aujourd’hui à nos côtés pour partir à la rencontre de ceux qui ne forment pas ou plus. Que ce soit par peur ou suite à une mauvaise expérience, nous devons leur redonner confiance. Nous le savons, accueillir un apprenti est un fort engagement, sur le long terme, mais qui peut conduire aussi, et c’est le but, à la pérennisation d’une équipe’’ martèle Jean-Jacques Devaux. Le CFA développe donc les savoir-faire et savoir-être pour que chaque jeune formé, soit opérationnel et productif dès son intégration en entreprise. ‘’Nous accompagnons les entreprises en amont du recrutement, en réfléchissant à ses besoins et en encadrant tout l’apprentissage, pour qu’il conduise à une intégration du jeune après sa formation’’. A la fin de leurs formations, entre 70 et 80% des jeunes en formation réalisent une sortie positive par une poursuite d’études ou en accès direct à l’emploi. ‘’Un manque de mobilité de nos jeunes est souvent la principale cause de non recrutement en sortie de formation, plutôt qu’un manque de débouchés’’, précise Jean-Jacques Devaux. Le CFA gère également en ligne et en interne les offres d’emplois et de formations des entreprises locales. 30 à 40 offres sont à pourvoir.

Formations innovantes

En 2016, le BTS FLUIDES ENERGIES DOMOTIQUE option C a fait son entrée dans le vaste champ de formation du BTP CFA Allier. Il s’adresse à de futurs gestionnaires techniques du bâtiment en pilotage des énergies électriques. La rentrée 2017 verra elle, l’ouverture d’un BTS Enveloppe du bâtiment pour travailler sur les ouvertures, isolations et façades notamment en bureaux d’études. Des formations innovantes, qui répondent aux besoins actuels et locaux et qui sont créés en collaboration, là aussi, avec les entrepreneurs, acteurs et demandeurs de ces nouvelles capacités techniques. La sécurité, heureusement de plus en plus présente, est elle aussi au cœur des formations avec des modules de sauveteur secouriste du travail, prévention des risques électriques ou risques liés à l’activité physique, au travail en hauteur, dès l’entrée en apprentissage. Un projet d’agrandissement  sera mis en chantier début 2017, avec création d’un nouvel atelier de plomberie chauffage, des laboratoires de sciences et salles de cours, une salle de sport ainsi que la restructuration des ateliers de couverture et de menuiserie Aluminium et Verre. La mise en conformité du site sera alors effective avec les normes d’accessibilité handicapés. Un cursus d’études complet et des infrastructures adaptées, préparent chaque jeune à bien vivre sa vie professionnelle et personnelle pour devenir demain, un salarié heureux et épanoui dans un métier de passion.

Rédaction Bénédicte Rollet NOTA Bene pour les carnets économiques de Vichy Val d’Allier Développement.

logo-vvad-2015_1



Communiqué de presse du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !