webleads-tracker

Institutions, collectivités

Les Trophées des entreprises du Parc Livradois-Forez

Les Trophées des entreprises du Parc Livradois-Forez

Le Journal de l’éco a été invité à intégrer le jury en charge de sélectionner les entreprises lauréates des trophées des entreprises organisées par le Parc Livradois Forez pour valoriser des réalisations exemplaires en matière de développement durable. Ces trophées dotés d’une enveloppe de 39.000 € ont récompensé 11 entreprises parmi l’ensemble des candidatures reçues au Parc. Un choix difficile du fait de la qualité et de l’intérêt des projets présentés.


Développer la Responsabilité Sociétale des Entreprises

Ouverts aux aux activités artisanales, industrielles, de services, agricoles assurant la transformation sur l‘exploitation et/ou la vente en circuits courts, les Trophées des entreprises du Parc Livradois-Forez ont pour ambition de sensibiliser la population et l’ensemble des partenaires du Parc à la nécessité d’intégrer les préoccupations environnementales et sociales dans les activités économiques comme facteur de compétitivité et de promouvoir le Livradois-Forez comme un territoire d’accueil d’entreprises respectueuses des hommes et des écosystèmes.

Pour être primées les entreprises candidates doivent avoir mis en place des actions exemplaires contribuant au développement durable du Livradois-Forez en termes de performance économique, performance environnementale performance sociale, performance sociétale. Les  entreprises concourent dans 2 catégories : créations ou reprises d’entreprises et entreprises en développement.

Les prix décernés sont : un Trophée, création originale d’un artisan du Parc naturel régional, l’autorisation de se prévaloir de son titre en tant que « Lauréat des Trophées des entreprises du Parc Livradois-Forez », un film de promotion pour l’entreprise.  Pour les créations ou reprises d’entreprises, s’ajoute une prime financière de 1.000 € à 10.000 € par entreprise ; pour les entreprises en développement, la prise en charge d’une prestation de conseil pour améliorer la performance environnementale et sociale ou une prestation conseil en communication et promotion pour un montant maximum de 3.000 €.

 La coutellerie, activité emblématique du Livradois Forez, récompensée

Le jury a été favorablement impressionné par les projets de développement ou de création présentés par les entreprises du secteur de la coutellerie comme Adamias qui fabrique des outils coupants en inox pour les préparateurs culinaires électriques et manuels (mandolines, coupe-frites, hachoirs). Pour pérenniser son activité et maintenir l’emploi de 71 collaborateurs dans son usine de Palladuc, Adamias a dû mettre au point une machine de défilmage et dégraissage, opération que leurs concurrents chinois réalisent manuellement à moindre coût. Un autre avantage de ce traitement mécanique est d’induire une baisse de 65% de l’utilisation de produits chimiques et de supprimer l’émission de COV (composés organiques volatils) tout en améliorant considérablement les conditions de travail. Une innovation majeure pour la santé que la CARSAT a subventionné à hauteur de 60 000 €.

Toujours dans le domaine de la coutellerie, catégorie création d’entreprise, le 1er prix a été attribué à une entreprise dont la créativité a séduit le jury : Roland LANNIER veut développer des designs et concepts originaux « qui renforceront la visibilité et le prestige de la coutellerie thiernoise  » indique-t-il dans son dossier de candidature, tout en faisant travailler des sous traitants locaux. Son ambition est de créer 5 emplois sur les 5 premières années par la voie de l’apprentissage. La SARL Lannier recevra pour ce 1er prix la somme de 7 000 Є additionnée du  » Coup de Cœur Initiative Thiers Ambert » de 2000 €.

Troisième entreprise du secteur lauréate des trophées des entreprises, la SAS Tom Fleury création qui quitte la métropole auvergnate pour Peschadoires afin de se rapprocher des couteliers. Tom Fleury met au point et fabrique des manches de couteaux en résine acrylique. Il utilise dans le processus de fabrication des déchets et chutes provenant de l’usinage et du façonnage industrielle : bois, corne, copeaux d’usinage de bois et de métal, PVC. Du recycl’art en quelque sorte au service d’une activité traditionnelle qui n’en finit pas de se renouveler. Tom Fleury a remporté le 5ème prix des Trophées.

Autre fleuron du bassin industriel thiernois, la forge, représentée par l’entreprise Jakubowski, a retenu l’attention du jury pour sa démarche globale de mise en place d’une politique RSE.  (voir article paru dans le Journal de l’éco).

Gastronomie et attractivité du territoire

Parmi les lauréats des trophées, trois éleveurs démontrent que le développement des circuits courts et la transformation de produits de qualité sont des activités durables susceptibles de dynamiser un territoire et d’en renforcer l’attractivité.

Eleveurs salers depuis plusieurs générations et passionnés de génétique Charlène et Sébastien Champeix à Saint-Jean-des-Ollières vendent des reproducteurs issus de leur GAEC partout en France et à l’étranger. Forts de leur succès leurs enfants les ont rejoint, Sébastien en allaitante et Charlène en vente directe. Les produits destinés à la boucherie sont proposés en vente directe aux consommateurs. Depuis septembre 2014 la construction d’un labo et l’embauche d’un boucher à mi-temps témoignent de la dynamique de développement que les membres du jury ont reconnu en leur attribuant un trophée.

Le GAEC La Terrasse à Courpière est dans une démarche similaire. La ferme en agriculture biologique produit l’alimentation des 65 vaches laitières. Aujourd’hui 5 personnes vivent de cette activité grâce à la création d’un atelier de transformation du lait en produits frais (faisselle, yaourt, crème…) en vente directe.

Le 3ème éleveur lauréat des Trophées est installé à Vollore-ville pour la production d’agneaux de boucherie. Séphane Marret écoule ses produits  dans trois circuits courts : coopérative (70%), bouchers de proximité (5%), et vente directe en caissette(25%).

Enfin, dans le registre de la lutte contre la malnutrition, l‘atelier du Malt, installé à Escoutoux depuis 1970, produit des bières selon des méthodes traditionnelles et artisanales. La valorisation des résidus de brasserie en alimentation pour bétail auprès des agriculteurs locaux, et le développement d’un réseau de commercialisation intégrant des circuits courts placent cette entreprise dans un démarche très volontariste de développement durable. C’est un véritable atout pour le Livradois Forez avec l’ouverture de la brasserie à des visites et la réhabilitation d’une friche industrielle. Cette entreprise a reçu le 3ème prix (4000 €) catégorie création ou reprise d’entreprise.

Revitalisation rurale

Cécile et Hélène MERY animent le café Blizart à la Chaise Dieu, un lieu qui ressemble aux cafés d’autrefois, ouverts à toute heure de la journée toute l’année et où s’entretenait le lien social autour d’un plat du pays ou d’un verre. Le Blizart est à la fois un café/restaurant qui propose une cuisine familiale à base de produits locaux et un lieu culturel : des rendez-vous hebdomadaires, mensuels ou ponctuels, des jeux de société, bandes dessinées, revues sont mis à disposition. Pour leur acharnement à lutter contre la désertification des espaces ruraux et l’animation qu’elles proposent le jury leur a octroyé le 4ème prix des trophées. Elle recevront 3 000 euros pour développer leur projet.

Le Bois, une ressource locale renouvelable

L’entreprise Dubost-Forêt est spécialisée dans la production de plants de feuillus et de résineux , le reboisement, et la gestion forestière. Elle propose des reboisements clefs en main et un suivi d’entretien favorisant un reboisement respectueux des contraintes environnementales. La reprise d’une entreprise saine va permettre à son gérant, Romain SAINT-JOANIS, d’assurer l’emploi de 4 personnes en CDI, d’un contrat saisonnier sur 8 mois et d’un(e) apprenti(e). Le jury lui a attribué le 2ème prix des Trophées des entreprises d’un montant de 5 000 Є auquel s’ajoutent 1000 € du « Coup de Cœur Initiative Thiers Ambert ».

De la foret à la scierie, le projet de Michelle Foulhoux à Vollore-Montagne est de s’engager dans une démarche d’amélioration continue des conditions de travail en mettant à disposition du personnel les techniques les plus pointues pour mécaniser et alléger les charges pour des activités jusqu’à maintenant réalisées essentiellement manuellement. Les scieries du Forez emploient 17 salariés.

S’il fallait une conclusion à cette édition 2015 des Trophées des entreprises du Livradois-Forez, ce serait pour constater que les entreprises les plus dynamiques, les plus innovantes se situent au cœur même de métiers traditionnels de ce territoire riche d’un savoir-faire patrimonial.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !