webleads-tracker

Société

Grève nationale | Malaise au cœur de l’enseignement

Grève nationale | Malaise au cœur de l’enseignement

Hier a eu lieu une grève de l’éducation nationale quasi historique en France. En effet, les syndicats avaient appelé à faire grève en raison de l’allégement du protocole sanitaire dans les écoles et des conditions de travail qui se dégradent.  Avec la moitié des écoles fermées, les parents ont dû trouver des solutions pour allier travail et garde d’enfants.


Un allégement du protocole sanitaire dans les écoles

Lundi 10 au soir, le Premier Ministre a annoncé un allégement du protocole sanitaire dans les établissements scolaires, se traduisant par l’utilisation de 3 auto-tests pour les cas contacts à l’école sans obligation de test antigénique ou PCR. Mardi 11 janvier, Jean Castex avait fait état de 10 000 classes fermées et 50 000 cas positifs sur 12 millions d’élèves.

Le protocole sanitaire met le feu aux poudres

Face à l’allégement du protocole sanitaire, la dégradation des conditions de travail et le non-remplacement des enseignants, les syndicats avaient appelé à manifester. Ces derniers dénonçaient la mesure qui d’après eux ne protège pas les élèves, les personnels et leurs familles mais qui « désorganise complètement l’école ».

Grève inédite depuis plus de 20 ans, les syndicats ont estimé 75% des enseignants dans la rue et une classe sur deux fermée contre 31% d’après le ministère. Cette manifestation a vu aussi la gronde des lycéens concernant la gestion de la pandémie dans les établissements scolaires. Ces derniers ont souligné les mauvaises conditions de travail et de préparation au baccalauréat.

Entre travail et garder les enfants, les parents doivent s’adapter

Les parents d’élèves de la FCPE (Fédération des Conseils des Parents d’Elèves » ont appelé les parents à ne pas envoyer leurs enfants à l’école. Eux aussi réclament plus de moyens comme des masques, des campagnes de dépistage, et ont également souligné leur exaspération de devoir courir après des tests dès lors que l’enfant est cas-contact.

Même si ces derniers ont soutenu en grande partie la grève, les parents n’en demeurent pas moins pour la plupart des actifs qui ont dû adapter leur journée de travail. Bien que les employés en télétravail derniers aient pu s’adapter plus facilement, une partie des parents ont dû poser un jour de congé à l’heure de la reprise économique.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !