webleads-tracker

Vidéo

Laurent Rauzier | Le Bâtonnier de Clermont se livre dans Lever de Rideau

Laurent Rauzier | Le Bâtonnier de Clermont se livre dans Lever de Rideau

Laurent Rauzier, le nouveau bâtonnier puydômois depuis le 1er janvier 2021, est l’invité de Marc-Alexis Roquejoffre dans un nouveau numéro de Lever de Rideau, avec Clermont-Auvergne-Métropole


Pour cet ancien étudiant et vice-président de l’Université d’Auvergne, le barreau est avant tout une histoire de famille. Son père était avocat tout comme son grand-père avant lui. Ce dernier a même été bâtonnier entre 1964 et 1965. « Très jeune, j’ai voulu être avocat, car la défense, l’indépendance et cette liberté m’ont toujours fait réfléchir sur notre société. » 

Après plusieurs mandats au conseil de l’ordre de 2013 à 2019, Laurent Rauzier a pris la décision de se présenter à l’élection de bâtonnier. « Je pensais que cela s’inscrivait dans une certaine forme de continuité de mes mandats ». Elu en septembre 2020, dans un contexte de grève des avocats et de crise sanitaire, il est depuis le 1er janvier à la tête du barreau de Clermont-Ferrand, vingtième barreau de France en nombre. A côté de son mandat de bâtonnier, il est également président de l’association sportive du Palais de Justice, qui a été cofondé en 1980 par son père Jean-Michel Rauzier. 

L’un de ses premiers objectifs pour son mandat est de faire en sorte que chaque cabinet clermontois puisse travailler dans de bonnes conditions malgré la pandémie. Il souhaite également remettre au premier plan le lien avec les justiciables et les clients des cabinets « car la relation entre un avocat et son client est avant tout humaine ». Il appelle également à l’unité et à la solidarité dans une période où le lien social peut être facilement rompu tout en étant indispensable. Il a ainsi évoqué la création d’un observatoire de veille “afin d’aider psychologiquement et techniquement les différents confrères.” 

« Ce contexte sanitaire fait que l’on a des difficultés à se projeter à quelques mois, mais il y a un projet qui, je l’espère, va nous épauler pour nous aider à passer à autre chose, c’est l’ouverture de la maison de l’avocat. En cette période complexe, il faut avant tout rester positif et optimiste. Nous essayerons de maintenir le cap dans cette mer agitée et réaliserons nos missions du mieux possible. »

 

La maison de l’avocat est un projet qui a été pensé en 2017. Il s’agit de locaux de plus de 900 m2, situés rue Lamartine, à deux pas de la place de Jaude à Clermont-Ferrand. Il s’agit avant tout d’un lieu d’échanges et de rassemblement pour les professionnels mais aussi un lieu d’accueil pour les justiciables.

« Elle est, comme son nom l’indique, à destination de l’avocat, pour des formations, des expositions. Les services de l’ordre seront rassemblés en un même lieu, tout en conservant une antenne au palais de justice, explique le bâtonnier Laurent Rauzier. Elle a également une autre fonction importante, c’est l’ouverture sur la cité et donc du justiciable. C’est pour ça qu’elle se trouve en plein centre-ville. Elle vise à faire mieux connaître l’avocat et son utilité dans la société. » 

Lors des traditionnels vœux en janvier dernier, le nouvel élu a souhaité faire preuve d’optimisme en cette période difficile et incertaine. Il a ainsi commencé avec ce proverbe maori « Tourne toi vers le soleil, et l’ombre sera derrière toi » qui signifie, sans doute, que le pire est derrière nous et le meilleur reste à venir.

 

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !