webleads-tracker

Commerce

Le maire de Saint-Étienne-Cantalès se lance dans l’entrepreneuriat avec la société Ancoor, dans le Cantal

Le maire de Saint-Étienne-Cantalès se lance dans l’entrepreneuriat avec la société Ancoor, dans le Cantal

Patrick Giraud est maire depuis avril 2014 de la commune de Saint-Etienne-Cantalès, non loin de Laroquebrou dans le Cantal, lieu d’implantation de sa nouvelle entreprise Ancoor (Animation Communication Organisation). Il s’agit d’une transmission d’entreprise qui part sur de bonnes bases et a déjà tous les atouts pour rester un succès.


Patrick Giraud s’étonne de ne pas avoir créé son entreprise plus tôt tant le challenge lui plaît. Ancoor a été créée début décembre pour de multiples raisons. Le nouveau chef d’entreprise a souhaité, à 41 ans, être autonome et indépendant. Et quand l’occasion s’est présentée, celui-ci a fait le pas de reprendre, seul, une entreprise en plein essor. Cette transmission s’est faite par une connaissance : « C’est une entreprise qui appartenait à une de mes relations : elle était viable et la personne souhaitait arrêter parce qu’elle arrivait à l’âge de la retraite », explique Patrick Giraud.

Le choix du nouveau chef d’entreprise n’est semble-t-il pas le fruit du hasard au vu de son profil. En effet, ce dernier se décrit comme un autodidacte : « Je suis issu du milieu industriel et j’ai changé plusieurs fois de corps de métier. Je suis passé par l’informatique et la conception en mobilier et aujourd’hui, je suis dans la communication. »

Pour cet homme à plusieurs casquettes la grande étape a été de faire le choix, de faire le pas et n’ayant pas cherché à bénéficier d’aide ou de financement, Patrick Giraud n’a rencontré aucune difficulté particulière. C’est donc presque clé en main que ce changement de propriétaire a été effectué. Le choix définitif s’est fait en juillet et la création de l’entreprise en décembre.

Ancoor est une entreprise de communication par l’objet

Ancoor est une entreprise de communication. Plus précisément, poursuit Patrick Giraud « de communication par l’objet. Il y a donc de multiples parties. La première partie, la plus importante, est tout ce qui est remises de prix et de trophées et de coupes pour les événements sportifs et automobiles. La deuxième partie, moins importante, est la personnalisation de textile que ce soit le transfert, la broderie ou autres… Enfin, une partie plus globale est la vente de cadeaux souvenirs en magasin, à l’Échoppe des Platanes, dans un village touristique. » Suivant les activités, ses clients sont nationaux pour l’activité trophées et textiles, ou encore des clients locaux et touristiques pour la partie magasin.

Patrick Giraud n’hésite pas à mettre en avant ses références clients tels que « Peugeot Sport » et « Renault Sport », ou encore, les magasins « La Foir ‘Fouille ». Il explique le peu de concurrence par le fait que l’activité de son entreprise est un secteur de niche : « La différence que je peux apporter par rapport à la concurrence, c’est la polyvalence sur une offre clé en main qui est globale, que ce soit pour les écuries ou autres », poursuit ce nouveau chef d’entreprise.

Le chiffre d’affaires était de 100 000 euros par an. L’objectif pour Patrick Giraud est de s’y maintenir. Ce-dernier attribue la réussite de cette entreprise à Jacques Sabatier, l’ancien propriétaire, qui, selon Patrick Giraud, « fait le maximum pour que cela se passe très bien. » et qui devient un peu son mentor. Le projet de développement pour Ancoor est le remplacement de quelques machines outils de façon à proposer une offre de plus en plus large sur la personnalisation de textile. Le nouveau propriétaire souhaite également participer à des salons professionnels mais, explique-t-il , « pas en tant qu’exposant. Soit en tant qu’animateur de salon, ce qui permet de prendre énormément de contacts ou en tant que visiteur. » Au vu du bon démarrage de son activité, le regard de ce chef d’entreprise est que beaucoup plus de personnes devraient se lancer dans la création.

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !