webleads-tracker

Tendances Éco

Le secteur du bâtiment confirme une embellie

Le secteur du bâtiment confirme une embellie
Dominique Guiseppin, président de la CAPEB Auvergne-Rhône-Alpes.

Une étude de conjoncture, conduite par la CAPEB d’Auvergne-Rhône-Alpes, mesure le ressenti et le moral des chefs d’entreprises qui s’avèrent optimistes. La reprise d’activité se confirme avec des indicateurs qui restent plutôt stables par rapport au trimestre précédent, mais elle reste fragile.


Un souffle d’optimisme

La tendance des opinions des chefs d’entreprise du secteur du bâtiment, sur leur activité est à l’optimisme. 39% d’entre eux relèvent un bon, voire un très beau niveau d’activité. Cependant, la reprise reste inégale selon les territoires, puisque 32% d’entre eux, déplorent encore des difficultés. C’est particulièrement le cas pour les entreprises dites « tous corps d’état » et les entreprises d’isolation.

Des entreprises plutôt optimistes par rapport à l’avenir, puisque leurs prévisions d’embauche seraient pour 58% d’entre elles en CDI. Malgré cela, les difficultés de recrutement demeurent et viennent paralyser l’accompagnement de la reprise en Auvergne-Rhône-Alpes dans le secteur du bâtiment. En lien avec cette enquête, 37% des entreprises ayant répondu ont des projets de recrutement.

Des indicateurs financiers fragiles

Au niveau des carnets de commandes, la visibilité s’améliore elle aussi, au profit des métiers du gros-œuvre principalement. Cette visibilité reste supérieure à 3 mois pour 48% des chefs d’entreprise, ou entre 1 et 3 mois pour 37%.

La tendance est à la stabilité pour le chiffre d’affaires de 47% des chefs d’entreprise, voire à la hausse pour 35% d’entre eux.

Au niveau de la trésorerie, la situation est plus contrastée. 34% relèvent une trésorerie bonne ou très bonne, alors qu’elle est insuffisante pour 30% d’entre eux et stable pour 35%. Les marges, elles, restent toujours problématiques. Peu élevées dans l’ensemble, elles se stabilisent à ce niveau pour 69% des entreprises et diminuent même encore pour 21% d’entre elles. Seules 10% constatent une amélioration.



Communiqué de presse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !