webleads-tracker

Information économique locale

Industrie

Naïo Technologies : réduire la pénibilité du travail avec le robot agricole Oz

Naïo Technologies : réduire la pénibilité du travail avec le robot agricole Oz

Naïo Technologies est né il y a trois ans des mains de Gaëtan Severac. Aujourd’hui, l’activité bat son plein et les robots agricoles de la société ne cessent de se développer, sous le nom de « Oz ». Entretien avec Gaëtan Severac, au congrès de l’entreprise du futur.


Gaëtan Severac, originaire de Toulouse, est le fondateur de l’entreprise Naïo Technologies. « Notre ADN de base est la robotique agricole et les nouvelles technologies au service des agriculteurs », expose l’entrepreneur. Après une formation d’ingénieur en robotique, Gaëtan Severac décide de se lancer dans l’aventure. « Ce qui m’a décidé à créer Naïo Technologies, c’est surtout la rencontre avec les agriculteurs et les maraîchers, qui se plaignaient de la pénibilité de leur travail. Sans compter la main d’oeuvre, difficile à trouver pour réaliser les tâches physiques harassantes comme le désherbage. »

Réduire la pénibilité du travail de façon écologique

Côté main d’oeuvre, Oz fait gagner un temps précieux aux agriculteurs et maraîchers. « Le robot passe entre les rangées de légumes et désherbe tout seul mécaniquement, sans produit chimique. » Un soulagement pour les travailleurs, sachant que le désherbage représente, selon Gaëtan, « un tiers du temps de travail sur une exploitation. » Deux tailles de robots sont mises en vente : le premier pour les petites exploitations, à savoir de 2 à 6 hectares. Le second, plus gros, est destiné aux cultures légumières de plusieurs dizaines d’hectares.

Doté de capteurs lazers et de caméras, Oz travaille en toute autonomie. « Avec une télécommande, l’agriculteur emmène le robot à une première parcelle de légumes, et peut par exemple programmer 15 rangées de légumes à désherber. » En plus du désherbage, le robot Oz propose d’autres options. Il peut notamment remorquer jusqu’à 90 kilos de récolte et transporter l’agriculteur lui même, grâce à un siège intégré au robot.

Actuellement, une trentaine de robots parcourent la France. « Les maraîchers ne nous avaient pas menti, la demande est bien là ! », sourit Gaëtan Severac. « Nous avons eu des demandes très rapidement au niveau national, un peu partout autour des grandes villes et jusqu’à l’île de la Réunion. » Prochaine étape : développer l’activité à l’international, en commençant par la Suisse, l’Allemagne, la Belgique ou encore les Pays-Bas.

Un robot qui se développe …

« Nous travaillons actuellement sur un troisième modèle de robot, dédié cette fois à la viticulture, » révèle Gaëtan. « Il ne sera pas seulement plus grand, mais aussi différent dans sa forme, pour s’adapter au mieux à ce secteur. » Encore en phase de prototypage, ce nouveau robot devrait être commercialisé en 2017. Les premiers tests auront lieu cet été.

Le développement de l’activité ne s’arrête pas là. Naïo Technologies emploie actuellement 14 salariés, qui évoluent aussi bien dans les métiers de la mécanique que de l’agriculture. Pour renforcer encore l’équipe, la société recrute. « Nous cherchons des personnes motivées, dans le secteur de l’agriculture et de la technique agricole ou informatique. Qu’ils n’hésitent pas à nous contacter ! »

L’entreprise du futur vue par Naïo Technologies

« Je pense qu’il faut être proche du client plus que jamais. Créer des cercles vertueux entre le client, nous en tant qu’entreprise, et nos fournisseurs. Il ne faut pas oublier que ce sont les clients qui détiennent les bonnes idées. Nous ne sommes que les exécutants ! »



Un article de Marie Besse

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !