webleads-tracker

Tourisme, restauration

Tourisme social et familial, l’Auvergne au top 10 et rajeunissement pour Le Montferrand de VVF

Tourisme social et familial, l’Auvergne au top 10 et rajeunissement pour Le Montferrand de VVF

Cure de jeunesse réussie pour le village vacances « le Montferrand » de Super Besse dont la rénovation aura coûté 2,16 M€. Un investissement nécessaire pour s’ajuster aux nouvelles demandes de la clientèle et ainsi de conforter l’activité d’un village club « en bonne santé ».


Cure de rajeunissement pour le village vacances « Le Montferrand » à Super-Besse

Le Montferrand est l’un des 10 villages club implantés en Auvergne et représente une structure « phare » dans le catalogue de VVF avec 32 877 nuitées vendues en 2013 et un chiffre d’affaire de 713 633 euros. Lionel Gay, conseiller général du Canton et maire de la commune de Besse, propriétaire de ce village club de 371 lits, en mesure l’impact sur l’économie locale et régionale : les retombées économiques directes estimées, en terme d’emploi, taxes, achats s’élèvent à 80% de ce chiffre d’affaires, sans compter les dépenses réalisées par les vacanciers dans les commerces et services de Besse et de ses environs. L’afflux de touristes a également des effets positifs sur le dynamisme et l’animation des communes alentour et contribue à renforcer l’attractivité de l’Auvergne comme destination touristique.

Pour que la clientèle continue d’être au RDV, Didier Rembert, Directeur Général Adjoint de VVF, à qui la commune a confié l’exploitation du village, expose deux conditions : un niveau de prix qui attire des vacanciers ne désirant pas ou ne pouvant s’offrir du « haut de gamme » et un niveau de prestations, une qualité, correspondant à des nouvelles attentes des clients. Ces deux conditions remplies, le village affiche complet cet hiver : « nous proposons une formule dans laquelle les gens trouvent leurs marques. Quand on vient de Paris (la grande majorité des vacanciers venant à Besse) ce n’est pas que la neige qui est demandée, c’est un niveau de prix correct, des activités variées, des « garderies » pour les enfants permettant aux parents de se libérer pour mener leurs propres activités, des studios et appartements confortables, plus spacieux, mieux agencés, des espaces communs (salle de sport, espace jeux pour les enfants), l’accessibilité aux personnes handicapées. »

Ce que confirme Lionel Gay : « Pour Besse il était important de pouvoir garder cet équipement en le mettant aux normes qui ont évolué en matière de bien être et d’accessibilité. Nous avons été aidés à hauteur de 41% par les collectivités Conseil Général et Conseil Régional, des financeurs sans lesquels cette opération n’aurait pas pu avoir lieu. »

VVF, une entreprise auvergnate

VVF Villages est un opérateur associatif français de villages de vacances en France, pionnier du tourisme social et familial, avec 89 sites sur 48 départements et 19 régions. Le sigle VVF est bien connu du grand public. Ce qui l’est peut-être moins c’est que VVF a son siège social à Clermont-Ferrand depuis qu’il a rejoint VAL (Vacances Auvergne Limousin) ne laissant dans les bureaux parisiens qu’une antenne restreinte de 15 personnes en charge du développement commercial. C’est donc à Clermont-Ferrand, dans des locaux inaugurés il y a quelques semaines, que le siège de VVF accueille toutes les fonctions cadre d’une grosse structure ainsi que sa centrale de réservation dimensionnée pour 400 000 vacanciers à l’année. Didier Rembert exprime ainsi sa satisfaction : « Il était difficile de continuer à travailler sur 2 sites aussi lorsque l’on a commencé à chercher des locaux, la mairie de Clermont a souhaité nous accompagner en proposant un terrain dans les quartiers Nord de la ville, en zone franche urbaine2 . Cela avait du sens pour nous car, même si, du fait de notre taille, nous n’étions pas éligibles aux aides financières, s’installer dans ce quartier, cela correspondait aux engagements d’une entreprise du secteur de l’économie sociale et solidaire. »

L’ancrage territorial de VVF est au cœur du projet d’entreprise : le siège a été construit par des entreprises locales, c’est une société Clermontoise qui a remporté l’appel d’offre pour le mobilier du siège, un projet télécom est à l’étude avec une agence de Clermont.

Cet engagement, qui s’exprime dans l’affirmation de ses fortes valeurs associatives et dans une économie solidaire auprès des territoires d’accueil, se traduit aussi dans par une politique d’embauche volontariste : « notre politique d’embauche dans ces quartiers nous amène à travailler en étroite collaboration avec la Mission Locale. Nous voulons démontrer que les jeunes sont capables de s’intégrer avec des contrats d’avenir. »

« Le tourisme c’est de l’économie »

Or, le secteur du tourisme, particulièrement dynamique en Auvergne, avec 8,3% du PIB est un secteur qui se porte bien et créé des emplois, même en période de crise. Pour preuve, comme l’indique son Directeur Général Adjoint, VVF va annoncer des résultats positifs à + 2% pour 2014 « ce qui est un exploit dans le secteur du tourisme en 2014 ».

Comme se plait à le rappeler André Chapaveire, Vice-Président du Conseil régional d’Auvergne en charge du Développement Touristique et du Thermalisme : « le tourisme c’est de l’économie : avec 19 000 emplois en Auvergne, 500 emplois créés chaque année, 27 milliards d’euros de consommation, 244 millions d’investissements, les produits touristiques participent au développement local. »

Dans le nouveau schéma régional du tourisme le tourisme social, grâce au partenariat avec les Comités d’entreprise (CE), deviendra une priorité, contribuant à ce que l’Auvergne, qui s’est hissée en quelques années au 9ème rang national, continue sa progression vers les sommets.

(1) Le Journal de l’éco avait rencontré Didier Rembert lors des rencontres des génies des territoires d’ Auvergne Voir l’interview ICI

(2) Les zones franches urbaines (ZFU) sont des quartiers de plus de 10 000 habitants, situés dans des zones dites sensibles ou défavorisées. Ils ont été définis à partir des critères suivants :

  • – taux de chômage ;
  • – proportion de personnes sorties du système scolaire sans diplôme ;
  • – proportion de jeunes ;
  • – potentiel fiscal par habitant.

Source INSEE



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !