webleads-tracker

Industrie

Visite ministérielle chez Michelin pour parler de mixité

Visite ministérielle chez Michelin pour parler de mixité

Le Groupe Michelin recevait jeudi 5 mars, sur son site de Cataroux à Clermont-Ferrand, Pascale Boistard, secrétaire d’Etat chargée des Droits des femmes. A l’occasion de cette visite, Jean-Michel Guillon, membre du Comité Exécutif du Groupe Michelin et Pascale Boistard, ont signé le protocole 2015 des actions mises en œuvre par Michelin pour favoriser la place des femmes au sein de l’entreprise.


Les métiers n’ont pas de genre

Les femmes sont si peu nombreuses dans les métiers de l’industrie qu’elles méritent bien qu’on leur donne la parole. Dans sa visite des ateliers Pascale Boistard a rencontré des ouvrières fières de travailler dans un secteur traditionnellement masculin, fières de faire aussi bien sinon mieux que leurs collègues masculins : “mieux même” nous explique l’une d’elle : “nous sommes plus minutieuses. C’est important pour ne laisser passer aucun défaut”. Sur ce poste de travail de vérification où chaque pneu est contrôlé visuellement et tactilement, plusieurs femmes font la démonstration que, chez Michelin, ” les métiers n’ont pas de genre” selon la formule de la Secrétaire d’Etat. Ces femmes, dont aucune n’avait connu un parcours industriel avant d’être recrutées dans l’usine de Cataroux, ont témoigné de l’intérêt qu’elles ont découvert pour l’industrie. ” C’est la preuve qu’elle y ont toute leur place “ a fait remarquer Pascale Boistard, “beaucoup de choses positives les attendent car ce sont des filières d’excellence. L’industrie est l’un des fleurons de notre pays. Il n’était pas possible que plus de la moitié de la population en soit exclue”.

S’engager pour l’égalité

Recruter des femmes à des postes jadis réservés aux hommes, cela ne va pas de soi. L’une des conditions de réussite, estime Jean-Michel Guillon, Directeur du Personnel, Membre du Comité Exécutif du Groupe, est de “ faire évoluer les mentalités pour que le regard sur les femmes le soit à travers le seul prisme des compétences”. Il faut convaincre la hiérarchie qu’elles ont les mêmes compétences que les hommes mais ce sont surtout les femmes elles-mêmes qu’il faut convaincre : ” Le pneu n’est pas spontanément le produit auquel on pense pour parler aux femmes. Parlons alors d’un monde de l’innovation, parlons d’engagement industriel et collectif, parlons de passion.” C’est le but des visites organisées à destination des scolaires, plus particulièrement des filles, et des journées métiers avec Pole Emploi. Un sujet qui tient à cœur à Pascale Boistard pour qui les femmes rencontrées lors de sa visite dans l’usine de Catarouroux sont un exemple qu’elles “peuvent accéder à des activités qui leur plaisent et qui servent notre pays à travers le monde”.

Promouvoir la mixité à tous les postes, particulièrement là où les femmes sont peu représentées, est un objectif simple à exprimer, complexe à mettre en oeuvre constate Pascale Boistard : “Il faut beaucoup de volonté, beaucoup de détermination et beaucoup de patience. Nous commençons à voir les choses s’améliorer. C’est un dialogue permanent avec les industriels, avec les branches professionnelles et ça avance bien. C’est un engagement extrêmement fort qui fait que cette égalité se construit pas à pas”.

“Tout mettre en oeuvre pour la mixité”

Si lutter contre les clichés est la première action à mettre en oeuvre pour convaincre les femmes d’accéder à des métiers industriels, il faut aussi, selon Jean-Michel Guillon “créer de façon pragmatique un environnement favorable pour permettre l’accès à tout type de poste. Cela passe par une adaptation ergonomique des postes de travail”. Le groupe Michelin y aura consacré 4 M€ en 2014. Cela veut dire aussi mettre des moyens pour déployer des accords sur le télétravail, développer une politique de crèches, mener des actions en faveur de la parentalité.

Surtout, introduire plus de mixité dans le groupe est un engagement : ” Il faut aller plus loin, conjuguer nos efforts avec d’autres acteurs publics et privés”. Un engagement que le groupe Michelin, membre fondateur de la fondation Égalité – Mixité sous l’égide de la FACE (Fondation Agir Contre l’Exclusion), poursuit au delà de l’entreprise pour la mixité des filières d’enseignement : “Nous devons tout mettre en oeuvre pour la mixite”.

La journée des femmes c’est toute l’année

Avec la signature d’un protocole pour l’égalité et la mixité professionnelle comprenant notamment le recrutement de 14 femmes en contrats de mixité, le groupe Michelin veut faire la démonstration que les femmes ont toute leur place au sein de l’entreprise, à tous les postes, à tous les échelons. Elles seront affectées dans les différentes usines de Clermont-Ferrand à des postes d’agents de fabrication (7 contrats), agents de maintenance (3 contrats) et conductrices de machines automatisées (4 contrats). Autre mesure figurant au protocole, l’élaboration d’un livret de parentalité consacrant l’égalité de traitement entre hommes et femmes pour la naissance ou l’adoption d’un enfant.

Ce protocole contient aussi un certain nombre d’actions de communication pour faire savoir aux femmes que les métiers de l’industrie leur sont accessibles. C’est ainsi que Michelin participera à la semaine de l’industrie au mois d’Avril avec cette thématique ainsi qu’aux assises régionales de l’égalité professionnelle et sera partenaire du prix équation mixité.

L’objectif du groupe Michelin est d’obtenir un taux de féminisation de l’ordre de 20% en 2020 et de 25% dans les postes de management contre 16% actuellement.

Un engagement que salue de sa visite la secrétaire d’Etat: ” C’est une belle journée de l’égalité. Nous allons la poursuivre jusqu’au 8 mars mais bien après aussi”.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !