webleads-tracker

Art, culture, divertissement

L’Electric Palace se met à l’heure américaine

L’Electric Palace se met à l’heure américaine

Cette année, l’Electric Palace fait la part belle aux Etats-Unis. Implantés sur la place Gambetta, les deux chapiteaux offriront à la fois des lieux de fête et de détente aux festivaliers. Avec ses nombreuses manifestations et expositions gratuites, l’Electric Palace est assurément l’endroit à visiter entre le 31 janvier et le 8 février 2014.

Crédit photo : SYLVAIN THIRION


En 2014, l’Electric Palace fête sa cinquième édition et s’annonce toujours plus dynamique. 25 étudiants issus du Master « Management des activités culturelles et audiovisuelles » de l’Université d’Auvergne se sont chargés de l’organisation de A à Z. Il s’agit vraiment d’une excellente opportunité pour les étudiants de co-réaliser un événement incontournable sur Clermont-Ferrand. « D’un point de vue pédagogique, cela permet d’appliquer les cours. Il y a beaucoup d’aspects que l’on peut traiter comme la communication avec les affiches et le site Internet, mais aussi la logistique, sans oublier les démarches juridiques liées aux conventions ou aux contrats à signer avec les artistes lorsque nous programmons des concerts. La comptabilité n’est pas en reste puisque cela permet de monter un budget prévisionnel et qui dit budget, dit aussi recherche de financements. C’est très intéressant pour les étudiants de couvrir tous ces aspects du management de la culture. », souligne Stéphane Calipel, créateur et président de l’association Electric Palace.

Agé de 51 ans, Stéphane Calipel possède un double parcours. Titulaire d’un doctorat, il enseigne à l’école de management ainsi qu’à l’école d’économie de Clermont-Ferrand et a, de tout temps, monté des spectacles, ce qui l’a incité à créer un master des activités culturelles et audiovisuelles ainsi que l’association Electric Palace : « J’ai monté cette association de manière à faire organiser aux étudiants des événements d’envergure et, en l’occurrence, il m’a semblé intéressant de travailler avec le festival du court métrage car les organisateurs étaient eux-mêmes à la recherche d’un lieu festif. J’ai contacté le festival ainsi que la Ville de Clermont-Ferrand. Le fait qu’il s’agisse d’un projet pédagogique mené par des étudiants leur a beaucoup plu. »

Le concept de l’Electric Palace : un lieu festif et de restauration qui ouvre ses portes lors du festival international du court métrage et du marché du film. « Un lieu identitaire pour le festival où la convivialité est le maître-mot ! », comme le souligne encore Stéphane Calipel. Autrefois implanté sur l’ancienne gare routière, l’Electric Palace est aujourd’hui installé sur la place Gambetta. « Avec ce changement de lieu, nous avons été confronté à des difficultés : la longueur de la place et les arbres qui la bordent complique un peu le montage des chapiteaux, mais le résultat est à la hauteur de nos espérances ! »

L’Electric Palace peut accueillir environ 500 personnes dans un espace dédié à la restauration et aux spectacles. Culture américaine oblige, la restauration est cette année assurée par des food- trucks regroupés autour des deux chapiteaux. Cependant, les organisateurs veillent à ce qu’un espace calme, plus propice aux échanges, soit toujours réservé aux festivaliers. Des activités culturelles, des animations, des concerts et des DJ set en fin de soirée auront lieu tous les jours. Le programme de cette 5ème édition de l’Electric Palace sera officiellement dévoilé le 22 janvier et promet de belles surprises.

Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco
Thomas Fauveau

 

[media url=”http://www.youtube.com/watch?v=XaczHkB2ADk&feature=youtu.be&hd=1″ width=”620″ height=”400″]
_DSC5814_1
_DSC5860_1
_DSC5766_2


Publi-rédactionnel

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !