webleads-tracker

Industrie

ALTICIME à Meyzieu : Conseils et expertise industrielle, pour économiser l’énergie

ALTICIME à Meyzieu : Conseils et expertise industrielle, pour économiser l’énergie

Dans le cadre des Trophées « Les femmes de l’économie » (*), le journal de l’éco s’est intéressé à ces femmes qui font vivre l’économie rhônalpine. Rencontre avec Geneviève Girod, fondatrice de la société ALTICIME, et nominée pour le Trophée Entreprise Prometteuse.


La société Alticime s’inscrit dans une démarche d’éco-responsabilité, en réalisant des prestations de service aux entreprises dans le management de l’énergie. Geneviève Girod nous explique : « Sur la partie conseil, nous développons des prestations d’accompagnement ISO 500001, c’est-à-dire la mise en œuvre de plans d’action d’économie d’énergie. » L’objectif ? Proposer aux industries une gestion plus efficace de l’énergie. Pour ce faire, l’expérience de Geneviève Girod s’est combinée à celle de son associé et mari, Frédéric Girod. L’entrepreneuse explique : « J’ai démarré ma carrière dans le déchet, chez ONYX (qui est aujourd’hui Veolia Propreté). J’ai ensuite développé des savoirs-faire en matière de prestation de service dans l’eau, l’énergie et les déchets. Plus récemment, j’ai fait monter en puissance la partie énergie. Mon mari, quant à lui, travaille depuis 20 ans dans la maintenance industrielle, et apporte donc en complément une expertise technique, avec la réalisation de l’audit énergétique, tel que préconisé dans la réglementation. »

Expertise, conseil et technicité

La fusion de ces deux expériences différencie la société, comme nous l’indique Geneviève Girod : « Nous ne sommes pas uniquement des consultants, nous apportons un vrai savoir-faire technique, dans notre connaissance des équipements et des outils industriels. C’est une vraie fierté d’arriver à cette transmission de compétences, et de réussir à mutualiser nos deux savoirs-faire distincts pour construire quelque chose ensemble. » Le couple se démarque aussi par une autre prestation : « Nous faisons de la thermographie par drone. C’est une imagerie infrarouge, avec une caméra thermique posée sur le drone. Cela permet d’avoir une vue d’ensemble des flux thermiques, dans les endroits difficilement accessibles. »

Les clients de Geneviève et Frédéric Girod viennent de domaines très différents : « Nous avons des exploitants de stations de ski, des entreprises dans la chimie, dans le paysage, dans l’agroalimentaire etc. Pour l’instant, environ deux tiers de nos clients sont implantés en Rhône-Alpes, mais nous souhaitons encore nous développer dans la région. » Qui dit développement dit ressources.  Alticime travaille déjà en collaboration avec plusieurs partenaires externes, pour offrir à ses clients une équipe comptant jusqu’à 5 intervenants. Mais Geneviève Girod souhaite « embaucher de jeunes compétences, pour transmettre les savoirs-faire d’Alticime, dans les années à venir.» Mais chaque chose en son temps. Avant de parler d’embauche, Alticime souhaite conforter ses objectifs financiers : « Nous avons un chiffre d’affaire qui va doubler cette année par rapport à l’année précédente. Et pourquoi pas le tripler l’année prochaine ! »

Une belle fierté

La nomination de Geneviève aux Trophées « Les femmes de l’économie » est une belle fierté pour l’entrepreneuse : « J’étais très contente d’apprendre ma nomination. Je veux montrer qu’on peut être femme et chef d’entreprise, dans des domaines scientifiques et techniques. J’encourage les jeunes femmes à suivre également cette voie, qui permet de soutenir le développement. C’est important de valoriser l’entrepreneuriat au féminin ! »

Geneviève Girod poursuit en parallèle ses projets sur la biodiversité : « C’est une démarche globale de préservation de la ressource environnementale pour proposer, demain, des solutions en terme d’adaptation au changement climatique. »

(*) Voir notre précédent article ici

Crédits photos : Alticime



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !