webleads-tracker

Artisanat

Design Paracord invente le bracelet de survie

Design Paracord invente le bracelet de survie

Installé depuis trois mois à Coudes, Laurent Ussel propose des créations artistiques en corde de parachute.


Un bracelet en corde de parachute tressée que l’on peut dérouler à tout moment pour l’utiliser comme une corde résistante en cas de pépin. C’est le concept des créations de « Design Paracord », l’entreprise créée par Laurent USSEL en juillet dernier.

A 40 ans et après plusieurs expériences professionnelles, notamment dans la cuisine, la protection à la personne, le déménagement ou les feux d’artifices, Laurent Ussel se lance un nouveau défi, dans la création artistique, cette fois. « Au départ je tressais pour moi, pour mon plaisir et au moment de chercher une reconversion je me suis dit : je connais la partie conception, j’ai un atelier et la connaissance pour faire un site de vente en ligne, pourquoi ne pas monter une entreprise ! » C’est ainsi qu’est né quelques mois plus tard l’entreprise « Design Paracord ».

Design et utile

Composée de sept brins tressés, la suspente de parachute normalisée (terme officielle de la paracorde) est extrêmement résistante et peut être utile dans des situations embarrassante: remplacement de la courroie d’alternateur, d’un lacet ou comme une ligne de pêche…

Disponible auparavant en coloris unique, les modèles de paracordes de sont développés et comptent désormais plus de 80 couleurs. Bracelets, tour de cou, laisses pour chien sont ainsi proposés par Laurent Ussel, dans sa boutique de Coude, mais également sur internet via un site de vente en ligne : www.design-paracord.fr. Seul artisan à travailler la paracorde en Auvergne, Laurent Ussel sera aussi présent sur quelques marchés du bassin de Coudes et des expositions artistiques, comme le 20 septembre prochain, à Dedal’Art, à Montpeyroux.

Le créateur insiste sur la qualité du produit. «C’est  un produit fait à la main, résistant et qui ne décolore pas », indique Laurent Ussel. Preuve de la qualité de ses produits, l’entreprise s’engage à refaire les accessoires des clients qui aurait dû dérouler leur bracelet ou accessoire dans une situation extrême. « Ce n’est pas encore arrivé. », reconnaît Laurent Ussel, « les clients doivent avoir une bonne étoile ».

Rien ne prédisposait pourtant ce chef d’entreprise à utiliser du matériel de parachute. « J’ai le vertige », confie Laurent Ussel. « Je fais rêver les gens avec mes produits mais je garde les pieds sur terre. » S’il garde les pieds sur terre, le créateur lève de temps en temps la tête, notamment lors des regroupement de parachutisme où il présente ses produits, comme lors des derniers championnats de France à Vichy, cet été. Et l’entrepreneur n’est pas en reste de projets : des interventions auront certainement lieu dans les écoles au cours de l’année scolaire dans le cadres des temps d’activités périscolaires.

L’atelier est ouvert au public tous les lundis de 10 h à 12 h et de 14 heures à 17 heures et le reste de la semaine sur rendez-vous.



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !