webleads-tracker

#Metatag

Les nouveaux comportements du management

Les nouveaux comportements du management

La digitalisation et les nouvelles technologies ont permis l’apparition du télétravail, du travail nomade ou travail flexible. Face à ces nouvelles pratiques, les managers doivent s’adapter pour fédérer leurs équipes et atteindre leurs objectifs. Quelles sont les spécificités du management de collaborateurs nomades ? Comment mettre en place un management à distance ?


L’évolution des postes de travail

A l’ère de la digitalisation et du travail à distance, le rôle du manager a forcément évolué. Ces changements impliquent des modifications à tous les niveaux. La façon de travailler change, la manière de manager, le rapport au commandement sont désormais de nouveaux challenges que le manager doit aussi intégrer, sans en oublier pour autant l’ère technologique et les espaces modernes de travail qui bouleversent  déjà son environnement.
Nous l’avons vu, dans un précédent article, l’espace de travail traditionnel laisse place progressivement au télétravail. A présent, le salarié travaille de chez lui, ou en flex office sans bureau fixe, voire à l’international.

Cette nouvelle manière de travailler a des répercussions immédiates sur le quotidien de l’entreprise. L’équipe n’est plus réunie au sein d’une même unité mais éparpillée sur la ville, sur le territoire national ou encore à l’étranger. Devant ces nouvelles pratiques, il faut mettre en place un nouveau mode de management pour gérer ces collaborateurs nomades. Il est en effet bien différent de manager des employés sédentaires d’une équipe nomade.

Le profil du manager d’aujourd’hui

Ces bouleversements ont été ultra rapides à l’échelle du temps de l’entreprise. Les formations, mêmes les plus fines, n’avaient pas prévues ces évolutions. Les managers d’aujourd’hui doivent s’adapter quitte à apprendre sur le tas au risque de quelques écueils. Afin de mener à bien sa mission, le manager d’aujourd’hui doit faire preuves de plusieurs qualités indéniables au delà de son expérience. Les espaces de co-working, comme les bureaux partagés ou délocalisés, tendent à faire de l’employé le centre de l’activité du manager. Ce dernier doit ainsi accompagner ces mêmes employés dans leurs interactions. L’absence d’espace personnalisé à chacun offre à tous une plus grande circulation de l’information, voire de l’émulation.
L’une des conséquences en est l’évolution du statut de salarié. Il devient le collaborateur du manager et les contours de la hiérarchie auraient aujourd’hui tendance à disparaître.

Le manager doit être un véritable communiquant en privilégiant l’écoute et le dialogue, en se rendant disponible, en établissant une structure de travail. Le manager doit également faire preuve d’anticipation et être plus réactif. Il doit faire face aux difficultés dues à la distance et faire preuve à la fois de plus de rigueur et de souplesse pour atteindre les objectifs de l’entreprise. Le revers de la médaille en est la fermeté sur le respect des règles. Car la liberté d’action ne doit pas devenir l’anarchie de l’action. Plus de rigueur sera nécessaire, car la distance entre les collaborateurs et lui, implique une autonomie des travailleurs qu’il demeure important de contrôler.

Les commandements du management nomade

Un peu à l’image de Monsieur Jourdain qui faisait de la prose sans vraiment le savoir, le manager d’aujourd’hui est devenu presque naturellement aussi nomade dans son comportement que ses collaborateurs dans leurs attitudes. Pour cela, il doit faire preuve de méthode pour organiser le travail de chacun, tout en conservant du temps pour son propre équilibre. Afin de faciliter sa tâche et celle de ses collaborateurs, le manager doit trouver les moyens de communication adaptés à ce mode de travail : téléphone, mail, réseau social interne, messagerie instantanée. Les salariés doivent connaître leurs objectifs et savoir ce qui est toléré ou non dans leur travail.

Le manager doit dont tenir une feuille de route personnalisée pour répondre aux objectifs de l’entreprise avec par exemple : Les tâches qu’ils doivent effectuer et le degré d’urgence de celles-ci ; Les cas particuliers pour lesquels il souhaite absolument être averti ; Le moyen de le contacter en cas d’urgence.

Il doit établir un emploi du temps en établissant un planning partagé en ligne afin que chacun ait une visibilité sur le temps disponible des membres de l’équipe mais également pour pouvoir contrôler l’avancement des tâches fixées. Que ce soit par téléphone, par visioconférence ou physiquement, des réunions régulières vont désormais ponctuer le quotidien de l’ensemble des collaborateurs de l’entreprise.

Mais le plus grand changement viendra de la confiance qui doit s’instaurer entre la manger et ses collaborateurs. Il doit privilégier la confiance réciproque et responsabiliser ses équipes. On le sait, la confiance ne se décrète pas, elle se vit et s’instaure progressivement.

Par Marc-Alexis Roquejoffre



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !