webleads-tracker

Artisanat

L’unique tailleuse sur cristaux du Cantal récompensée

L’unique tailleuse sur cristaux du Cantal récompensée

En juillet dernier, Mélanie Sève a été désignée lauréate du concours Atelier d’art de France de la région Auvergne. Un prix et une reconnaissance pour cette artisan passionnée, installée à Saint-Cernin dans son atelier “Ô joli verre”.


Avec sa création « Butterfly », Mélanie Sève a fait sensation. Parmi les quinze candidats de la région Auvergne du quatrième concours régional Atelier d’art de France, elle a remporté le prix de 1.000 euros. Lancé en 2012 par l’organisation professionnelle des métiers d’art, ce concours met en lumière les talents des métiers d’art et souligne leur vitalité et leur richesse. Avec son luminaire « Butterfly », Mélanie réalise un objet bucolique et poétique. Six mois d’un travail méticuleux pour une pièce composée de quatre-vingt papillons, posés sur une souche de châtaignier. « J’ai découpé, coloré, thermoformé et collé chaque élément individuellement », explique l’artiste. La souche résulte d’un heureux hasard. L’idée d’un socle en fer ne séduit pas la créatrice qui trouve cette branche au cours d’une balade. « Rien n’est vraiment calculé à l’avance dans la création », confie Mélanie.

En décembre, l’œuvre de la verrière s’exposera à Paris pour la suite du concours, du 4 décembre au 23 janvier. Avec elle, le Viaduc des arts accueillera les créations des vingt autres lauréats régionaux. Ils seront à nouveau jugés, sur la maîtrise du savoir-faire, le sens de l’innovation et la qualité de leur démarche artistique. Avec à la clef un lauréat national.

Faire vivre un métier peu connu

Bien avant d’être lauréate régionale, Mélanie Sève débutait à Yzeure dans l’Allier avec un CAP art et technique du verre option tailleur sur cristal et cristallin, qu’elle obtient en 1995. « Je ne voulais pas travailler en usine », se souvient la verrière. Elle monte alors son premier atelier à Saint-Martin-Cantalès où ses parents tiennent une pisciculture. Après un second atelier à Thiézac, elle s’installe à son domicile de Saint-Cernin et crée Ô joli verre. « Sans avoir la prétention d’être Baccarat ou Saint-Louis », répète Mélanie, elle poursuit son chemin. En 2003 elle remporte le prix de l’innovation artisanale des métiers d’art. En 2005 elle gagne le SEMA des métiers de tradition. « J’aime participer aux concours, déclare-t-elle, c’est l’occasion d’échanger avec d’autres artisans », raconte Mélanie, seule à pratiquer sa discipline dans le Cantal. Les expositions et les salons d’artisanat d’art sont aussi un plaisir pour cette auto-entrepreneuse, « je rencontre des gens et me fait connaître ».

Dans son atelier “Ô joli verre”, sur 20 m², ses outils trônent à côté d’un espace d’exposition. « Les gens me regardent faire et me questionnent, raconte l’artiste, il n’y a que là qu’ils comprennent mon travail ». Mélanie taille un verre brut riche en plomb : le cristal et le cristallin. « Je mets la pièce dans un touret et progressivement je la tourne et la creuse, sans la percer », informe Mélanie. Tout en légèreté, ces œuvres sont ornées de motifs floraux et végétaux, dont l’inspiration lui vient de tissus, de magazines et de balades. « C’est ma signature », annonce-t-elle. « Dans ce métier il faut être patient, soigné et calme ». Le cristallin, plus abordable et moins fragile permet à la clientèle faite de particulier de s’offrir une création, pour 15 à 150 euros. « Carafes, vases, luminaires, etc. Le but de mes créations c’est qu’elles soient utilisées », insiste la verrière.

Aujourd’hui à l’aube de ses quarante ans, l’artisan l’affirme, « cette activité ne me permet pas de vivre, mon mari nourrit la famille. Je travaille comme je l’entends, en fonction de ma famille, car j’ai cinq enfants. C’est la qualité de vie que je recherchais ». Alors après plus de 15 ans d’activité, Mélanie Sève persiste, « je fais évoluer les choses, petit à petit. ».

Informations pratiques : l’atelier est ouvert tous les après-midi de 14h00 à 18h00 (voir les coordonnées dans l’espace “En Savoir plus”)



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !