webleads-tracker

Artisanat

Métiers du bâtiment : vers plus de mixité ?

Métiers du bâtiment : vers plus de mixité ?

Les commissions des femmes d’artisans de la CAPEB (Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) sont nées de leur volonté de se doter d’une instance ad-hoc pour les représenter et défendre leurs intérêts. La mixité dans les métiers du bâtiment est un enjeu essentiel pour les entreprises artisanales du Bâtiment et de la CAPEB.


La CAPEB est le syndicat patronal représentant l’artisanat du bâtiment, qui dénombre en Auvergne-Rhône-Alpes :

  • 68 000 entreprises artisanales
  • 138 000 actifs, dont 8 100 apprentis
  • 10,5 milliards de chiffre d’affaires

L’artisanat du bâtiment est souvent une histoire de famille, avec une gestion partagée entre le dirigeant et son conjoint. Et dans 98% des cas, les conjoints sont… des femmes. Elles ont généralement en charge la comptabilité, le secrétariat, les questions de santé-sécurité et les ressources humaines.

Les commissions de femmes d’artisans revendiquent la reconnaissance de leur activité professionnelle et de leur protection juridique. Elles valorisent également leur rôle dans l’entreprise et leur permettent de sortir de l’isolement qu’elles ressentent trop souvent dans leur quotidien.

 

Les femmes sous représentées dans les métiers techniques du bâtiment

Le dernier rapport de l’IGAS, publié en avril 2017, pointe des progrès très lents en termes de mixité tous secteurs confondus. Dans les métiers techniques du bâtiment, la part des femmes reste faible. Elles représentent 4% des chefs d’entreprise, 11% des salariés et principalement dans les fonctions de gestion-administrative, 4% des apprentis.

Les commissions départementales des femmes d’artisans invitent les femmes du bâtiment à leur 3e séminaire régional qui se déroulera les 27 et 28 septembre prochains à Vogüe en Ardèche. Organisée par la commission régionale, l’édition 2018 est organisée autour du thème de la responsabilité sociétale et environnementale des entreprises.

Maud Laurent

 



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !