webleads-tracker

Tech & Innovation

Un trailer lyonnais s’attaque à la course la plus dure du monde

Un trailer lyonnais s’attaque à la course la plus dure du monde
David Briand en plein effort

Vous avez déjà rêvé de parcourir soit 321 km, uniquement dans un tunnel de 1,6 km de long, le tout en maximum 55 heures dans l’obscurité la plus totale et avec une musique stridente en continu ? Non ? Figurez vous que c’est ce que va tenter de réaliser le trailer lyonnais David Briand.


A 43 ans, David Briand a déjà accompli de nombreux défis extrêmes, comme nager durant 48 heures non-stop à la piscine de L’Arbresle (Rhône) il y a trois ans. Le sportif lyonnais de l’extrême a depuis été victime d’une compression de la moelle épinière et s’est fracturé trois vertèbres cervicales après un accident de la route en octobre 2018.

16 mois plus tard, le voici en lice pour tenter d’aller au bout d’une des courses les plus dures du monde à Bath (Angleterre), avec 320 km à parcourir en moins de 55 heures dans un tunnel. Une épreuve considérée dès sa première édition l’an passé, comme la possible course la plus dure du monde (un seul finisher en 2019), au même titre que la Barkley aux Etats-Unis ou la Chartreuse Terminorum pour sa déclinaison iséroise.

Depuis cinq mois, David Briand a enchaîné quatre grosses sessions de 42, 50, 100 et 126 km dans le tube modes doux de la Croix-Rousse à Lyon, qui fait quasiment la même longueur que celui de Bath.

« Au bout de 16 heures de course, j’ai craqué dans la tronche durant les 20 dernières bornes. J’ai vraiment compris à quel point ce challenge était plus dur qu’un ultra-trail : c’est monotone, nul et inhumain. Mais pour que je craque mentalement, il faut y aller » résume l’intéressé.

On lui souhaite bien du courage !



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !