webleads-tracker

Actu éco

Le restaurant La Toile à Aubière, une cuisine raffinée et 100 % maison

Le restaurant La Toile à Aubière, une cuisine raffinée et 100 % maison

Franck Silwa a inauguré les 600 m² de La Toile en novembre 2015, sur le kilomètre lancé à Aubière, au rond-point de la Foir’Fouille. A la fois restaurant et bar à vin, l’établissement offre une cuisine goûteuse et accessible. Le restaurateur mise sur le 100% maison, en faisant appel aux producteurs de la région. Alors… on se fait une Toile ?


Un métier de passionné

La restauration s’est imposée très tôt à Franck Sliwa. « C’est un métier de passionné. Si on n’aime pas ce que l’on fait, ce n’est même pas la peine ! » Voilà qui est dit. Le restaurateur a attrapé le virus à l’âge de 16 ans. « J’ai fait mon apprentissage, puis j’ai ouvert mon premier établissement à l’âge de 23 ans. » Après plusieurs ouvertures puis reventes de restaurants, il décide d’arrêter pour s’occuper de ses jeunes enfants, en juillet 2014. Mais l’évidence s’impose : « Le métier me manquait énormément. A ce moment là, j’ai compris à quel point j’étais passionné. J’ai vu le potentiel des lieux et surtout, un endroit qui me ressemble ! » La Toile ouvre donc ses portes le 10 novembre 2015, sur le kilomètre lancé à Aubière.

Pourquoi ce nom de La Toile ? « Tout d’abord pour les artistes, explique Franck. C’est également un clin d’œil au cinéma. » L’intérieur, refait à neuf, plonge la clientèle dans une ambiance moderne, colorée et épurée. Les murs sont jonchés de tableaux peints par l’artiste Alexia Combes. « Nous étions en travaux d’avril à novembre. Tout a été refait de A à Z et la cuisine a triplé de volume. Nous avons créé deux ambiances : le restaurant à gauche, le bar à vins à droite. » Le nouveau matériel de cuisine est high-tech et ultra-performant. « L’objectif est d’obtenir des cuissons parfaites, confie Franck. Le suprême de volaille cuit à basse température… une merveille ! »

De la qualité et encore de la qualité

La Toile, c’est du 100 % fait maison. « Nous faisons tout. Le saumon est fumé par nos soins. Le fond de sauce est fait à partir d’os de viande. Même les pâtes fraîches sont faites maison ! » Une cuisine goûteuse, raffinée et gastronome, « accessible à tous de par les prix et les intitulés ». Les plats du chef Ludovic Joubert rencontrent un franc succès, comme l’émulsion de potimarron ou le suprême de volaille fermier fumé au foin, cuit à basse température. « Tous nos produits sont français, et nos viandes viennent toutes d’Auvergne. Nous travaillons avec des producteurs locaux pour les fruits et légumes, et avec Auvergne Viande, qui fait abattre ses propres bêtes.»

La qualité de la cuisine va de pair avec le professionnalisme : « Mes 12 salariés sont des professionnels ». Le service tient une place importante pour Franck Sliwa, dont l’enthousiasme est communicatif : « Une de mes serveuses m’a dit : Quand vous parlez de votre restaurant, vous avez les yeux qui brillent. Si j’arrive à transmettre l’amour de mon métier, le pari est gagné ! J’ai conscience de la chance que j’ai de vivre de ma passion. »

La partie droite de l’établissement, consacrée au bar à vins propose une autre ambiance, conviviale et sportive. « Nous avons deux écrans pour les retranscriptions sportives. » Lionel Salis, sommelier expérimenté et incollable sur la carte des vins, est aux petits soins des clients pour leur procurer de bons conseils, parmi les 100 pépites proposées à La Toile. « Nos vins viennent des plus belles maisons de producteurs » poursuit Franck Sliwa.

Un nouveau challenge

La zone industrielle d’Aubière est un emplacement peu commun pour ce genre de restauration. Franck Sliwa en a conscience. « On ne nous attend pas sur une cuisine comme celle-ci à pareil emplacement. Cela représente un vrai défi, mais… j’aime le challenge ! » sourit-il.



Un publi-rédactionnel du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !