webleads-tracker

Le journal de l'éco -

Édition Auvergne Rhône-Alpes

Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Voyage

Les Toques Blanches Lyonnaises : 80 ans de gastronomie

Les Toques Blanches Lyonnaises : 80 ans de gastronomie

L’association des Toques Blanches Lyonnaises a célébré ses 80 ans le 5 juin 2016, à la Cité de la Gastronomie à Lyon. Depuis sa création, elle fédère des chefs cuisiniers et pâtissiers qui partagent les mêmes idéaux et défendent la gastronomie du territoire, en faisant la promotion de la cuisine lyonnaise et des produits régionaux.


40 M€ de chiffre d’affaires

Dès l’origine, les membres des Toques Blanches Lyonnaises s’imposent comme les garants des traditions de l’art culinaire à Lyon et affichent leur volonté d’en promouvoir les valeurs à l’international. De nombreux chefs ont rejoint l’association au fil des ans, comme par exemple Paul Bocuse, Roger Borgeot, Gérard Nandron, Alain Chapel, ou encore Jean-Paul Lacombe. Aujourd’hui, les Toques Blanches Lyonnaises comptent 110 chefs adhérents. Christophe Marguin, président de l’association, fédère 2 000 salariés au sein des 116 établissements arborant le logo des Toques Blanches Lyonnaises, qui affichent plus de 40 M d’euros à eux tous. L’association se rapproche des chefs auvergnats. Le premier à entrer dans l’association s’appelle Serge Viera, étoilé Michelin, Bocuse d’or 2005 et installé à Chaudes-Aigues, dans le Cantal.

80 ans célébrés à la Sucrière de Lyon

Dans la prestigieuse Cité de la Gastronomie au sein de la salle de la Sucrière, les Toques Blanches Lyonnaises ont célébré leurs 80 ans d’existence. L’association des Toques Blanches Lyonnaises est née dans l’entre-deux-guerres, quand l’idée d’une confrérie de grands chefs voit le jour pour défendre les intérêts de la profession et promouvoir la gastronomie lyonnaise. En 2008, l’association crée les Trophées de la Gastronomie et des Vins et attire toujours plus de chefs désireux de promouvoir la gastronomie du territoire

Pour en savoir plus : http://www.toques-blanches-lyonnaises.com/



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

A lire également

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !