webleads-tracker

Artisanat

Atelier du Malt, l’art de brasser à Escoutoux

Atelier du Malt, l’art de brasser à Escoutoux
Hugues Selvaggini, créateur de l’Atelier du Malt

Il y a quelques mois, Hugues Selvaggini a opté pour un changement radical de vie. Porté par sa passion pour la bière et l’Auvergne, le Savoyard est passé de l’injection plastique à l’ouverture de sa brasserie artisanale près de Thiers.


En Haute-Savoie où il avait un poste de responsable de la production dans l’injection plastique, Hugues Selvaggini brassait pour le plaisir pendant son temps libre. Mais l’idée de venir s’installer en Auvergne et de passer de brasseur amateur à brasseur professionnel a fait son chemin petit à petit dans sa tête. Jusqu’à ce qu’il tombe sur une campagne de promotion des dispositifs mis en place par le Parc naturel régional Livradois-Forez pour favoriser l’installation des créateurs et des repreneurs d’entreprises sur le territoire avec une volonté affichée de développer l’artisanat. « Il y a eu un double cheminement : le désir de créer une activité professionnelle et le souhait de s’installer en Auvergne car c’est une région authentique à la nature encore préservée. Cela été le point de départ. A partir de là, j’ai commencé à faire des recherches sur Internet et je suis tombé sur l’annonce du Parc. »

Ensuite tout s’enchaîne rapidement pour le futur chef d’entreprise. Il contacte les interlocuteurs du Parc pour leur proposer de professionnaliser son activité de fabrication artisanale de bière. « Ils ont été séduits par mon idée et ont décidé de me soutenir en mettant à ma disposition les moyens de concrétiser mon projet en partenariat avec l’ARDTA, Agence Régionale de Développement des Territoires d’Auvergne. Cela m’a permis de convaincre plus facilement les financeurs. » Et le temps du montage du dossier, Hugues Selvaggini en a profité pour suivre une formation de brasseur à Nancy.

C’est à Escoutoux, près de Thiers, qu’il a trouvé une ancienne coutellerie pour y installer sa brasserie. Depuis, Hugues  Selvaggini se consacre à la fabrication de sa bière. Ou plutôt de ses bières. Car en trois mois d’exploitation, il a déjà sorti trois types de bières blondes et va en commercialiser deux autres dans les prochains jours, dont une ambrée pour l’Automne. « Ma bière a des arômes citron ou agrumes que mes concurrents ne font pas pour l’instant. Il ne s’agit pas de faire quelque chose en plus mais de différent. Les clients qui viennent sur la bière artisanale ne sont pas spécialement fidèles à une marque. Ils passent d’une bière à une autre. Il faut donc leur proposer des nouvelles saveurs régulièrement. C’est un atout de la bière artisanale car elle s’adapte plus facilement à la multiplication des saveurs. Un artisan n’a pas la lourdeur d’une grande chaîne de fabrication et bénéficie de plus de souplesse pour faire face à l’émulation autour des variétés de bières. C’est pour cela que je vais sortir des bières saisonnières qui changeront tous les ans. Je ne produis pas en quantité mais en qualité et en diversité. »

Malt, houblon, levure mais aussi, embouteillage, étiquetage et commercialisation sont les composants de la réussite de la brasserie d’Hugues Selvaggini qui multiplie les actions pour aller à la rencontre des gens et améliorer sa visibilité. « Je travaille sur le packaging, la communication traditionnelle, les réseaux sociaux et un site Internet est en préparation. Je participe aussi à de nombreuses foires et je compte multiplier les points de vente. Des initiatives comme les Journées Portes Ouvertes Entreprises organisées sur le bassin de Thiers m’offrent la possibilité de faire connaître mes bières, le processus de fabrication et mes locaux dans lesquels j’ai installé un espace vente et dégustation. C’est aussi une occasion pour moi de faire partager au public ma passion pour cette boisson. »

La toute jeune entreprise d’Hugues Selvaggini ne demande qu’à grandir et peut compter sur l’énergie et la détermination de son fondateur, artisan dans l’âme. « Quoiqu’il arrive, je suis content de mon choix. »

Espace boutique et dégustation : vendredi et samedi de 17h à 20h

Visite de la brasserie : samedi à partir de 16h30



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !