webleads-tracker

Tourisme, Hôtellerie, Restauration, Voyage

IN Les Fruits de Terre : bientôt des insectes pour remplacer la viande dans nos assiettes ?

IN Les Fruits de Terre : bientôt des insectes pour remplacer la viande dans nos assiettes ?

Le Lyonnais Adrien Lamblin est à l’origine d’un projet un peu fou. Accompagné par des chefs et l’institut Paul Bocuse, il a inventé une recette de steak avec de la farine…d’insectes. Le défi est de taille : intégrer ces « Fruits de Terre » dans la gastronomie française et ainsi diminuer l’impact environnemental de notre alimentation.


Une collaboration avec des chefs lyonnais

Lors de ses études en école de commerce, Adrien Lamblin doit relever un défi : construire un projet environnemental ou sociétal, le plus réaliste possible. L’idée de créer des produits à base d’insectes commence alors à germer dans son esprit. « Après mon Master, j’ai voyagé pendant un an et à mon retour, je me suis investi dans ce projet à 100 %. » Remplacer la viande par des insectes en apportant les mêmes qualités nutritives, tel est le premier défi à relever. Seulement voilà. Il faut également rendre le steak d’insectes gourmand et savoureux, donner envie aux consommateurs de le déguster. « J’ai la chance d’être accompagné par l’incubateur Ronalpia, qui m’a beaucoup aidé dans le développement du projet, de la création à la concrétisation. J’ai également collaboré avec deux jeunes chefs lyonnais chez Dealer de Cook. Nous avons élaboré ensemble la recette du steak pour trouver les bons dosages, le bon équilibre des saveurs. »

4

Le burger des Fruits de Terre / Photo : Kevin Delobelle

Le challenge d’Adrien Lamblin : changer la vision que nous avons des insectes. « Je préfère d’ailleurs parler de Fruits de Terre, qui évoquent la gourmandise et le terroir. » Afin de convaincre les futurs consommateurs, le cuisiner en herbe s’invite chez eux, via des événements baptisés Jeud’IN. A la manière d’un chef à domicile, il cuisine ses steaks façon burger avec des produits frais et de saison, accompagné d’un bon vin. « Grâce à une grille de dégustation, j’ai pu avoir des retours concrets des consommateurs sur le goût et la texture des produits. » Il en ressort le goût de la châtaigne, de la noisette et des fruits à coque. Une recette qui semble fonctionner, car Adrien Lamblin a maintenant un allié de taille : l’institut Paul Bocuse. « Je suis le gagnant du Food Tech Challenge. L’institut va m’accompagner dans l’élaboration de nouveaux produits, comme par exemple la quenelle de Lyon. »

Cibler les magasins bio et les restaurateurs

Pour l’instant, Adrien Lamblin propose ses produits en vente directe, exclusivement à Lyon. Mais il espère étendre le concept à plus grande échelle et proposer ses Fruits de Terre aux magasins bio, mais également aux restaurateurs. « Malheureusement, la législation en France n’est pas claire concernant la consommation des insectes. Ce n’est ni autorisé, ni interdit. » Il lui donc faut attendre la nouvelle législation en janvier 2018, qui autorisera la vente et la consommation de produits à base d’insectes. « Nous avons un an pour nous tenir fin prêts ! »

Adrien-Lamblin

Adrien Lamblin, fondateur de In Les Fruits de Terre / Photo Kevin Delobelle

Certains restaurateurs sont déjà intéressés par le projet. C’est le cas de La Cuisine Itinérante, à Lyon. « Nous souhaitons établir un partenariat avec d’autres restaurateurs, afin de prouver que le concept peut intéresser les consommateurs et que nos produits peuvent être intégrés à notre gastronomie. »

Le site internet IN Les Fruits de Terre sera opérationnel début février 2017. En attendant, vous pouvez suivre l’avancée du projet sur la page Facebook : https://www.facebook.com/INlesinsectes/

Crédit photos : Kevin Delobelle



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !