webleads-tracker

Tourisme, restauration

Villeurbanne, association La Marmite Urbaine : De la cuisine bio et solidaire au potager sur les toits !

Villeurbanne, association La Marmite Urbaine : De la cuisine bio et solidaire au potager sur les toits !
Association La Marmite Urbaine à Villeurbanne – Lyon

L’association La Marmite Urbaine a été créée en juin 2012 avec la vocation de favoriser l’accès à des produits de qualité à tous. Des repas bio livrés à domicile aux ateliers cuisine, en passant par un potager de quartier, les actions mises en place sont multiples. Charlotte Vignal, sa fondatrice, revient pour nous sur le parcours réalisé et sur les projets à venir.


« Il faut savoir qu’aujourd’hui les taux de diabète et d’obésité sont les plus forts dans les populations les plus touchées par la précarité. Notre objectif était vraiment de défendre un accès vers la qualité plutôt que la quantité. Notre alimentation nous concerne tous » explique Charlotte. L’association a été fondée à la suite de ce constat. La Marmite urbaine s’est installée à Villeurbanne pour être au plus proche des quartiers sud de Lyon. Elle emploie 5 personnes dont 4 sur le volet marchand de l’activité de restauration et 1 sur le volet social.

Des plateaux repas bios livrés sur le Grand Lyon

L’activité restauration de l’association connait un succès sans précédent depuis le début. Chaque jour, il est possible pour les entreprises, collectivités, associations et même particuliers de réserver des plateaux repas complets composés de produits biologiques à 15 euros T.T.C. au maximum. Le tarif est dégressif suivant le volume de commandes. L’association assure la livraison des commandes sur le Grand Lyon. Succès oblige, il est conseillé de réserver au moins une semaine à l’avance et par mail. « Dès le départ, le projet a été pensé pour être pérenne et autonome. Les plateaux repas sont élaborés pour être à la fois sains et jolis visuellement. Cette activité de restauration nous permet de proposer des ateliers cuisine à 3 euros pour les habitants du quartier » indique la directrice.

Les ateliers de cuisine solidaire sont eux organisés dans les locaux de l’association. « Nous souhaitons avoir une approche globale sur l’alimentation autour d’un projet solidaire. Depuis mars, nous avons mis en place un potager dans les quartiers sud de Vaulx-en-Velin. Les participants passent d’abord par le potager, cueillent les légumes de saison et les cuisinent. Il s’agit de recréer ce lien perdu avec la nature. Cuisiner ensemble et partager le repas suscite un lien social et permet de rompre avec l’isolement. » développe l’initiatrice du projet. Les ateliers affichent toujours complets avec une moyenne de 8 à 10 personnes.

Un futur potager sur les toits de Lyon 9

Jeudi 24 septembre, la Marmite Urbaine a présenté son futur projet pour 2016 : la mise en place d’un potager sur les toits du siège social de Groupama à Lyon 9. Cet exposé, organisée par la Jeune Chambre Economique, était l’occasion de mettre en lumière cette action et ainsi d’initier un réseau de partenaires intéressés par cette idée.

Charlotte Vignal nous raconte sa découverte de ce mode de culture lors d’un voyage post-études à Montréal : « C’était surréaliste ! Et en même temps, cela faisait rêver. Une vraie capacité de changement pour les villes. C’est un projet extrêmement porteur de valorisation des toits en ville. Cela permet aussi de sensibiliser les citadins aux liens entre ville et environnement. »

Les toits sont une possibilité de créer un nouveau modèle de production alimentaire par le biais d’un jardin participatif et solidaire en ville. L’étude de faisabilité est en cours. Le potager devrait être mis en place en avril ou en mai 2016 avec une surface de 1000 m². Il permettra la création d’un nouvel emploi au sein de la Marmite Urbaine. Pour autofinancer cet emploi, Charlotte Vignal évoque la possibilité de vente directe aux salariés de Groupama, de vente directe sur le quartier de Vaise et pourquoi pas aux grands chefs cuisiniers du Lyonnais. Toutes les suggestions de collaboration sont les bienvenues.

Un partenariat avec le Centre de Ressources de Botanique Appliquée est  également envisagé, notamment pour expérimenter l’adaptabilité des légumes anciens à une culture citadine.

Souhaitons à La Marmite Urbaine un vif succès pour ce nouveau projet !



Un article de la rédaction du Journal de l’éco

Si vous avez aimé cet article,
partagez le !